2

A la limite de ma bienveillance…

J’ai un petit garçon que j’adore, plein de vie. Mais vraiment plein de vie ^^

Trèèèèèès actif.

Tellement actif, qu’il m’arrive d’avoir la réflexion qu’il est hyperactif. J’aime pas ce mot. On désigne ça telle une maladie, alors que pour moi il est hyper actif, en deux mots 🙂

Quand les gens sont polis, ils disent plutôt « dis donc il a la pêche ce petit ».

J’avoue que souvent il m’épuise, il faut arriver à le suivre.

J’essaye de lui proposer un max d’activités, sortir…pour l’occuper.

De ce que je peux voir, c’est que je suis la seule maman à courir partout dans les parcs (j’ai un fugueur ^^), à la pisicine… alors que les autres mamans sont assises tranquille sur un banc ou au bord de la pataugeoire…

Attention, je ne dis pas que je veux rester mes fesses posées tranquillement et pas bouger hein, mais un juste milieu ça serait bien.

Je suis la seule maman dont le fils part en dribble avec son ballon autour de la piscine…

Je l’amène à la plage cet été, il se barre, même jusque dans la rue (je l’ai rattrapé je te rassure).

Mais surtout, avec M. Koala, on a du mal à se faire comprendre par TiChou.

Je m’explique. Quand on lui demande de ne pas faire quelque chose, il a beaucoup de mal à le faire.

Exemple, on est invité chez des amis (ça durera pas ^^), il va toucher à TOUT. C’est super gênant :/ Pourtant, on lui dis que c’est pas chez nous, pas à nous blablabla ben non. Il est super admiratif de fouiller et trouver des trucs qu’il ne connaît pas. Alors, y en a qui sont compréhensifs, qui prêtent des choses, y a ceux qui rangent avant de nous recevoir, et y a ceux qui font des réfléxions :/

Autre exemple. Cet été, on était invité à un mariage dans la famille. Ben j’ai dû le ramener et le faire garder par ma maman (pas invitée). Il a été infernal. Alors oui, y avait du monde, beaucoup de tentations… Mais il a couru partout, jusqu’à se mettre en danger parfois, toucher à la déco… J’ai eu honte, j’avoue. Des grosses boules lumineuses chinoises étaient suspendues mais aussi au sol. Il a prit une boule, a voulu l’écraser, et une autre fois, est parti en dribble avec l’une d’entre elle. Il a renversé un pot de pailles. Pendant la cérémonie, on s’est relayé avec M. Koala, on en a pas profité. Le photographe, lors de l’entrée des mariés, a fait voler un drône (cérémonie plein air). TiChou était très intéressé et regardait en l’air (jusque là tout va bien) mais une fois les mariés assis, le photographe a fait attérir le drône et l’a laissé. Il a prit un appareil photo et est parti 0_0 Je te raconte pas l’angoisse, car bien sûr, TiChou voulait se rapprocher de cet objet volant super intéressant…. Après avoir fait les photos de famille on l’a ramené. Ca m’a fait quelque chose… j’étais très triste (mais on a pu souffler). Pas uniquement de ces bêtises, du cumul, de la fatigue, et aussi parce qu’il y avait beaucoup de petits cousins de son âge, je me suis dis qu’il aurait pu s’amuser avec, faire la fête avec nous, mais non.

Il prend tout comme un jeu, et quand je lui cours derrière encore plus.

Alors qu’il peut être hyper mignon des fois, je comprends pas.

Oui j’ai lu Fillozat, c’est très intéressant, mais elle le dit elle-même, y a des lignes directives, ce sont des aides mais ya la théorie, et la pratique (en gros).

Alors, M. Koala a pris une décision, et je l’ai suivi, on a mis en place le « coin »…

Oué je sais, c’est par à l’article de la bienveillance, mais pour beaucoup de choses ça a marché.

Alors attention, c’est pas je te mets dans un coin je te laisse et c’est tout. Non.

D’abord on prévient, on donne les consignes, un certains nombre de fois s’il faut répéter. Après on l’isole (on est avec lui), on lui fait comprendre qu’il n’a pas respecté les consignes. On dialogue avec lui et une fois qu’il a compris, qu’on est arrivé à discuter, il nous « fait comprendre » qu’il arrête et on repart jouer.

Le positif dans ça c’est que vraiment il arrive à se poser. Sinon il est dans une excitation telle qu’on ne peut pas communiquer avec lui. On parle mais lui aussi. Le fait de s’isoler avec lui, de s’assoir, fait baisser les tensions, la pression (pour nous), l’excitation (pour lui) et là il écoute.

En général c’est pas très long, sauf de rares fois ou il nous exprime son désaccord, mais on lui fait comprendre que c’est pas bien ou autre, que nous ses parents décidons et pas lui.

Je ne pensais pas en avoir besoin, ça me fend le coeur, mais on a pas eu trop le choix…

C’est pas facile de garder son sang-froid. La bienveillance c’est difficile, c’est plus facile de craquer, laisser la colère sortir… se maîtriser c’est beaucoup plus dur. On souffle un grand coup, zeeeeennnn lol

J’espère que ce n’est qu’une période (il vient d’avoir 2 ans) et qu’on pourra s’en passer, remplacer par plus de dialogue.

Courage les parents !

 

Publicités