0

Première Toussaint à 4

Comme à chaque Toussaint, je prévois des fleurs à poser auprès de l’arbre de mes touts petits. Cette année j’ai pris 2 mini rosiers : un à boutons jaunes et un à boutons roses foncés. On est allé les déposer dimanche matin, tous les 4.
Je suis « contente » d’avoir pu le faire malgré le contexte actuel.Ne pas avoir pu le faire pour l’anniverciel de Gabriel m’avait beaucoup contrariée.
Cette année, un sentiment différent cette fois-ci, car vraiment c’est ça, le bébé arc-en-ciel arrive après un orage et illumine la vie.
Non ce bébé ne remplace pas ceux perdus, on ne les oublieras jamais, mais il adoucit le cœur.
Cette fois-ci je n’ai pas pleuré, et pourtant je suis très touchée, mais je crois que ce qui change, c’est que je n’ai plus de colère en moi. Ai-je accepté? Une tristesse plus loin, une famille complète avec son histoire.
Je trouve cela normal d’y aller en famille. TiChou me parle de nos petits bébés des fois, on ne lui a rien caché (sauf la fausse couche), pour lui aussi, c’est notre famille, il y a eu 4 bébé dans mon bidou. Pour TiBou, je trouve important aussi qu’il sache, ça fait parti de notre/son histoire. Il est arrivé après mais sans effacer. Quoi de mieux qu’une commémoration pour « en parler »? Un rituel familial pour ne pas oublier, leur montrer qu’on pense à eux (même si au quotidien c’est le cas).
C’est avec TiBou que je réfléchis beaucoup à plein de choses que je fais pour lui. C’est mon bébé arc en ciel mais je ne veux pas en faire trop non plus. Je ne veux pas que ça lui « pèse » non plus. Il n’a aucune responsabilité face à tout ça, dans le sens où il ne nous « doit » rien, c’est un enfant comme les autres, mais qui est arrivé dans un contexte particulier.
En tout cas je tiens à la présence de nous tous pour la Toussaint, leur anniverciel.
Comme à chaque Noël, il y aura l’ourson en peluche avec des ailes d’ange avec leurs prénoms brodés sous le sapin.

Je souhaite vraiment à toutes les mamanges d’avoir leur bébé arc en ciel, parce qu’on a tous droit au bonheur.

Pensées à nos anges…

TiBou a 4 mois et je profite d’être avec lui 🙂

3

Trois mois avec TiBou

Trois mois déjà…qui sont passés à une vitesse…

Ça fait un moment que je n’ai pas écrit… (et pleins d’articles prévus pas commencés)

L’école a repris pour TiChou et j’ai l’impression que c’est hier qu’il l’a quitté et que TiBou est né. Les vacances sont passées trop vite. Post confinement avec un petit bébé, on ne sort pas trop, façon il a fait très (trop) chaud. Enfin, je suis quand même allée dans le sud est seule avec les deux, rendre visite à la famille quelques jours (oué chui folle), sympa mais épuisant. Et puis septembre, la rentrée, reprise des activités…voilà où j’en suis.

Pendant tout ce temps, on a appris à se connaître. Tous les bébés sont différents, mais j’ai bien vu que c’était le cas. Avec un premier on sait pas mal de choses, la base déjà, mais les particularités on les découvrent.

Monsieur TiBou faut qu’il soit bien « entouré » pour dormir. Pas emmailloté, non, ça ne lui plaît pas, mais la journée j’ai remarqué qu’il dormait tranquille dans le Nuna Leaf (transat) dans un réducteur Janabébé (et encore que ça m’embêtait un peu). Du coup j’ai essayé la nuit. Ça marchait mais pas pratique faut le caler. Et en cherchant/lisant un peu, j’ai voulu tester le Cocoonababy. Attention je ne touche rien pour dire ça. Quand TiChou était bébé je trouvais ça pas utile, forcément, il n’en avait pas « besoin ». Et là, miracle, TiBou dort paisiblement dedans. Nickel quoi
Sauf que, c’est un matelas pour bébé de 0 à 3 mois, que TiBou est grand, et que j’ai dû trouver une solution qui marche bien : un boudin ^^
J’ai trouvé un tour de lit boudin en farfouillant sur le net. Marque Babybay. Il fait 9 cm de diamètre, 1,80 cm de long, certifié oeko-tex.Il dort donc entouré de ce boudin, ouf !

TiBou est un bébé allaité, en couches lavables la journée et jetables la nuit (test lavables bientôt) et habillé avec des vêtements safes en très grande majorité hérités de son grand frère 🙂

Et TiChou?
Il est extrêmement fier et présente partout son petit frère, plusieurs fois au cas où. Il l’adore.
Bon par contre niveau délicatesse on repassera, mais c’est l’intention qui compte ^^
C’est la qu’on se rend compte que l’aîné est bien peinard tout petit : pas trop de bruit, la délicatesse et l’exclusivité de ses parents, tout pour lui, clairement il est préservé. Celui qui arrive après déjà il partage ses parents, doit patienter quelquefois, récupère les affaires du grand, le bruit du grand qui joue et son amour inconditionnel ^^ (trop d’amour des fois, écrasant lol) et ses microbes ! Oui soyons fous hein.
Je fais attention avec TiChou car au début il a voulu le porter, une autre fois il a suggéré de lui faire goûter des trucs (oups) ou de lui faire faire quelque chose (pantin).. Pauvre bébé lol
C’est jamais méchant hein, c’est pour le faire participer :p

En tout cas quand je vois ça moi je fond :

Sinon je profite, je pouponne, quel plaisir (bon la nuit c’est moins facile faut s’y remettre lol) ! On attendait ça depuis longtemps. Mais des fois, j’avoue, j’ai peur pour lui, peur qu’on nous le prenne, que ça s’arrête. Je sais, c’est bête, notre vécu laisse des traces…

0

Faire les empreintes de bébé

Pour avoir un souvenir des petites mans ou petits pieds de bébé, on peut faire ses empreintes. C’est chou, c’est sympa et ça trône dans le salon ^^
Bon ok ça prend la poussière aussi :p

Pour TiChou j’avais eu un kit classique du net avec pâte et cadre bois. Simple sur le principe mais j’avais trouvé la pâte dure, même en malaxant bien, et quand il faut y appuyer les pieds de bébé…j’avais peur de lui faire mal.

Là j’avais vu que le magasin Action proposait un kit à moins de 2€ donc ma foi pourquoi pas tester.

2564671_8718868943477-111

Dans cette petite boîte d’environ 20*20 cm, on y trouve (avec explications au dos) :
– un sachet de pâte
– un rouleau en bois
– un ruban
– un cadre pour faire la moulage du cercle
– un genre de paille pour faire le trou pour y passer le ruban

Avec une boîte on peut faire une empreinte, soit une main, soit un pied.

J’avais une autre idée de présentation. Je voulais faire une main et un pied et je voulais mettre sous cadre. J’ai donc acheté 2 kits et au rayon cadre photo j’en ai pris un suffisamment profond et large pour y placer les empreintes (un cadre avec des pinces à linge dedans). J’ai dû dépenser 6/7€ grand max pour tout ça ce qui est très raisonnable par rapport au kits qu’on trouve en ligne.

J’ai profité de la visite de la marraine pour m’y mettre.

Il faut malaxer la pâte pendant 2 minutes (je conseille de la faire déjà dans le sachet, ça la décolle de ce dernier), façonner, faire les empreintes et laisser sécher à l’air libre 3/5 jours. Prévoir que ça se rétracte un peu. Sur la boîte y a écrit « argile » mais ça sent fort quand même, et il est conseillé de laver l’endroit touché par bébé.

Voici ce que ça donne après 2 jours. Je n’aurai peut être pas dû placer de suite sur le papier de fond du cadre car avec la rétractation le papier gondole un peu (au pire je l’enlève) :

109560392_2710886629157905_7917215854592981355_n

Après 5 jours dans le cadre :

115731477_2711179952314837_7504068158430551879_n

En photo on distingue moins bien qu’en vrai les empreintes. Dommage le papier gondole :/

 

Plus naturel et moins onéreux : la pâte à sel (reste à acheter le cadre ensuite ou autre) ou bien de l’argile, plâtre…
Recette de la pâte à sel :
– 2 mesures de farine
– 1 mesure de sel
– 1 mesure d’eau tiède
Si ça colle, ajoutez de la farine, mais pas trop sinon la pâte va craqueler.

D’ailleurs, quand je l’ai fait pour bébé, ça a donné envie à TiChou donc on a fait de la pâte à sel pour ça. Pâte crue :

109437931_2710886669157901_6372906687979615208_n

L’avantage quand même c’est que c’est mou. Pour un bébé ça permettrai d’avoir à moins appuyer sur la main ou le pied.

Le site tête à modeler préconise un passage a four 1h à 150°C mais c’était pas suffisant. J’ai mis plus mais je trouve que ça ne durci pas. Bon tant pis on est passé à la peinture et vernissage.

TiChou a voulu faire aussi un alien, un serpent et que je je lui fasse une coccinelle. Il a peint à son goût. Il a fait très minimaliste pour ses empreintes, je l’ai laissé faire.
Il est très fier d’avoir aussi les siennes 😉

 

 

3

La naissance tant attendue…

Mercredi 1er juillet
Je me couche. Le lendemain journée prévue assez chargée : 11h rdv pour me faire des tresses africaines, 14h30 rdv osthéopathe (le 2ème pendant ma grossesse), ensuite sur le chemin je compte aller chez Decathlon / Intersport pour acheter un cadeau pour l’anniversaire de M. Koala (7 juillet) et en fin de journée, apéro dans l’école où je travaillais (dire au-revoir, rendre les clés, revoir les collègues…).

Jeudi 2 juillet
Je me réveille dans la nuit. J’ai chaud, je vais faire pipi, je me recouche. Et puis d’un coup, entre 3h30 et 4h du matin, je sens la poche des eaux se rompre et ça coule. Je sors vite du lit en réveillant M. Koala. Ça y est, c’est le grand jour 🙂
Un peu au dépourvu (forcément ^^), on s’organise. Je prends une douche et je m’habille, récupère le coussin d’allaitement et quelques affaires que j’avais notées, M. Koala s’habille et va prendre un café. Je m’installe dans le salon, sur mon ballon de gym, ça va.
On réfléchit pour s’organiser avec TiChou. Pour l’instant je gère. La garderie de l’école ouvre à partir de 7h30, l’objectif est de tenir jusque là si possible, sinon on ira chercher la voisine. Le temps passe… 7h, je gère toujours, on se dit qu’on va pas tarder à réveiller TiChou qui se réveille de lui même 15 minutes plus tard. Je lui explique la situation mais encore dans le « pâté », il ne réalise pas trop. On prend le petit déjeuner, la valise et on part. On dépose TiChou et on va à la maternité (contraction toutes les 5 minutes).
On m’ausculte et je fais un monito à l’arrivée (qu’on m’enlève après). Les contractions se sont calmées :/
On est en salle nature avec ballon, matelas 2 places au sol…
Le temps passe et ce qui est déroutant c’est que les contractions arrivent, plusieurs d’affilées, puis plus rien tsss
Ça m’énerve, je marche, et plus le temps passe et plus je stresse pour TiChou, l’organisation, la fin de l’école (la garderie ferme à 18h). Vers 13h30, M. Koala appelle la voisine pour la prévenir au cas où. M. Koala propose d’aller chercher TiChou pour le lui amener si ça s’éternise. Et moi je stresse que se soit le moment où bébé se décide et qu’il loupe ce moment :/
Finalement, les contractions reprennent et deviennent plus intenses. Je suis assise sur le ballon, les pieds reposés sur le bord du  je roule d’avant en arrière. Ça se complique ^^
La sage femme (j’ai de la chance, celle de garde c’est celle qui est spécialisée en accouchement physiologique) m’ausculte, je suis à 5. Je râle lol en disant que j’ai pas fini quoi ^^. Mais elle pense le contraire, que ça va s’accélérer. Je suis un peu perdue, je commence à perdre un peu pied, elle me rassure et me propose de poser le ballon sur le lit, de me mettre à genoux devant et d’y poser ma tête et mes bras étendus dessus et rouler d’avant en arrière. Ça me soulage bien. Elle me masse le sacrum, montre à M. Koala qui prend le relais (elle file voir une autre patiente). Un peu plus tard on l’a rappelle. Je me plains, je dit que je n’y arriverai pas…elle explique à M. Koala que je suis dans une phase de « désespérance ». Je sens que ça pousse. Elle regarde à nouveau, je suis à 7. Là je me déshabille, ça se rapproche, et je doute encore plus de moi. Il faut que je pousse c’est plus fort que moi. Elle me dit de suivre ce que je ressens, d’écouter mon corps. Si ‘ai envie de pousser alors je pousse. Je suis dans une position « incongrue » ^^ : à 4 pattes et accroupie, sur le lit vers le bord (lit au sol), la tête posée sur le ballon, mains en appuis sur le lit à faire des mouvements d’avant en arrière (ce qui m’amène des fois à 4 pattes et des fois un peu accroupie). La sage femme s’installe derrière moi, à genoux (elle a posé des « draps » par terre). L’auxiliaire de puériculture s’étonne/se questionne qu’on soit « au sol » mais la sage femme lui explique que si je suis bien comme ça elle s’adapte.
Tout va très vite, elle me dit que bébé n’est pas loin. Elle montre à M. Koala comment bien placer une serviette pliée mouillée avec de l’eau bien chaude (du sacrum jusqu’au pubis), file voir l’autre patiente qui était à 4 (ça va) et revient aussi sec. La serviette me soulage bien, c’est vraiment pas mal. Elle est pleine de ressources :p
On y est, elle me rappelle comment pousser efficacement (en bloquant ma respiration avant de pousser) et l’auxiliaire, sa main sous mon ventre essaie de capter avec le monito le cœur de bébé (ça ne dure pas mais c’est pour savoir si tout va bien). J’avoue ça me gêne un peu mais une fois rassurées il disparaît. Je pousse et je râle en même temps ^^
J’ai l’impression qu’il sort et re-rentre ça me désespère lol
Finalement ça va très vite, je le sens sortir et la sage femme le récupère. Comme je suis à 4 pattes je ne le vois pas encore… Il est 16h45.
Je me retourne pour me coucher et on le pose sur moi.
Ça y est, j’ai réussi et sans péridurale donc, comme je le souhaitais 🙂
Super émouvant ❤

Marius fb

Ce regard…
Bienvenue à toi

Marius

M. Koala reste un peu et file chercher TiChou, parfaitement dans les temps ce petit ^^

Ensuite, je trouve que j’ai moyennement pu profiter pleinement de bébé posé sur moi car j’avais super mal à l’utérus mais j’ai quand même câliné mon poupon tout fin.
Il mesure 49,5 cm et pèse 3,090 kg, pas trop mal pour 37 SA, bébé est grand (bon comme son frère).
On est resté bien 3h dans ce grand lit avant d’être amené en chambre.

Je ne vais pas raconter tout le séjour à la maternité, c’est un peu long ^^
Personnel très sympa mais nourriture très bof (et je ne suis pas difficile), l’allaitement ça fonctionne bien mais j’utilise des bouts de seins. J’ai des seins énormes et je galère à pincer et à lui mettre en bouche :/
Bref, je ferai de mon mieux pour m’en débarrasser au plus vite.
Covid oblige, pas de visite, et surtout pas de TiChou (dur dur). Je remercie la sage femme qui nous a suggéré de nous retrouver dans le hall de l’accueil avec des masques, cela nous a permis de nous voir un peu et présenter les frangins 🙂
On est sorti lundi, avec une reprise de poids, enfin !
On a une sage femme qui passe à domicile pour le suivi, j’avoue c’est bien pratique.
TiChou est un grand frère très fier, attentionné. Ils se sont « échangés » des cadeaux (une loutre câlin Fisher Price pour bébé et une peluche Pikachu pour TiChou avec le livre « Petit frère, petite sœur mode d’emploi » qui est choupi et rigolo). Je trouve que cet échange permet de créer des liens en plus.

Voilà, maintenant il faut prendre un rythme, trouver une organisation. Pas évident avec un enfant de plus : un nouveau né.
C’est vraiment pas évident de réaliser, ça se fait au fur et à mesure. On a ramené un bébé à nous à la maison, ça y est, c’est plutôt dingue au vu du parcours 😉
Pour l’anniversaire de M.Koala ben c’est la première fois que je n’avais pas de cadeau ni de gâteau (m’absenter c’est compliqué, avec le covid il est déconseillé de sortir en magasin avec bébé pendant au moins 1 mois et M. Koala n’a pas voulu aller chercher de gâteau), ça m’embête 😦
Il a quand même eu le plus beau des cadeaux 🙂

 

Et une semaine (déjà) aujourd’hui 🙂

Va falloir lui trouver un « prénom de blog » à ce petit. Le grand frère TiChou et le petit…. TiLoup? TiLoulou? TiChat? (ticoeur non car j’ai 2 petits cœurs d’amour à la maison). J’attends vos retours 😉

A suivre…

 

Je remercie ma super sage femme, tout le personnel de la mater pour sa gentillesse, mon super gynéco (humain, patient, présent). Tout le monde savait, on a été bien entouré et le projet de naissance a été respecté.

1

Echo de datation du petit arc en ciel

J’ai attendu cette écho avec impatience (et là j’attends la prochaine de la même manière). Pour l’instant bébé va bien mais je ne sais rien de plus, normal c’est trop tôt. Envie de cette écho et en même temps regarder bébé m’est difficile, comme si l’attachement était redouté. Date de conception qui sera affinée mais qui daterai du 22 octobre dernier.

On a parlé, tri-test, DPNI… ce qui peut rassurer ou pas, ce qu’il faut faire. Ma sage-femme ne m’avait pas parler du tri-test mais de faire le DPNI directement mais l’échographiste a dit qu’on regarderait surtout le bilan hormonal (pour mon ange j’avais un taux de béta HCG très élevé). Mais forcément, je suppose que le résultat (probabilité) ne sera pas très bon (normalement 1/100 déjà si antécédent). Elle me conseille plutôt de faire le DPNI un mois après l’écho du premier trimestre pour avoir le plus d’ADN fœtal possible. Ca va faire long à attendre… :/ Je n’ai pas pensé à le demander mais j’aimerai une écho morpho précoce aussi.

Voici bébé à 9 SA + 4 environ :

Au début il se présentait en boulette sur le ventre

9 SA dodo sur le ventre

Puis il s’est décidé à se retourner

9 SA de profil

Les images sont pas mal car j’ai pu les récupérer via une application avec un code d’accès. Bien pensé !

 

Et TiChou? (ben oui des news !)
Il parle souvent du bébé dans mon bidou, lui chante des chansons…c’est trop mignon. Pour le rassurer je le projette beaucoup de quand le bébé sera là. Moi j’ai des craintes mais j’essaie que lui n’en ai pas. Je sais pas si je fais bien mais ça le rend plus serein.
J’ai mis un ours en peluche avec des ailes brodé « Gabriel » au pied du sapin. Il sait que c’est pour le petit bébé « Gabiel » comme il dit.
Pour l’instant donc il a l’air ravi 🙂

Prochaine écho, du premier trimestre, prévu le 2 janvier.
La mesure de la clarté nuccale m’angoisse…pourtant, mon ange n’en avait pas une mauvaise.

A suivre…

 

 

0

Premiers rdv

Lundi soir premier rdv avec ma sage femme. Je me demandais si elle allait me recevoir dans son bureau ou si, comme une fois pour mon ange, dans le cabinet d’un gynéco absent et me faire voir bébé.
J’arrive donc à la maternité. Celle où j’ai eu TiChou et celle où j’ai laissé mon ange. Je passe dans le couloir et repasse devant LA chambre. Celle en début de couloir, isolée, où l’on accueille les mamans pour les IVG, IMG… Celle où j’ai été, celle où je sais sa fonction maintenant. dans le couloir, des familles, une maman sur un brancard, des bébés qu’on entend pleurer.
Je vais jusqu’au bureau des sages femmes et je demande où reçoit A. F. La sage femme se retourne. Je la reconnait très bien, elle était (avec une autre) à mon accouchement. Elle me répond qu’elle reçoit dans le bureau, que je peux patienter dans la salle d’attente, mais qu’elle aura du retard car sur un accouchement.
Je me retrouve dans la salle d’attente, seule. Je regarde autour de moi et je repense… Tout resurgi et je pleure. Je me dis à moi même qu’il faut que je me reprenne, si quelqu’un entre je ne saurai expliquer. Je sèche mes larmes. Ma sage femme arrive, s’excuse, et m’explique. Elle surveille un bébé, elle arrive dès que possible. Je suppose qu’elle n’a rien vu. Et puis ça reprend, j’ai vraiment du mal. J’arrive à stopper, souffle un bon coup, puis elle revient. On s’installe dans son bureau. Elle commence à remplir le dossier. On parle DPNI et je lui explique la prise en charge au CHU. On parle dates pour les échos. Je prends sur moi, je me retiens, et je craque. A quel moment je sais plus. Elle me regarde et me dit qu’elle attendait ça, que c’était normal, le contraire ne l’aurait pas été. Elle me dit qu’avec ce qui m’est arrivé, je sais qu’une grossesse peut ne pas se passer comme prévu. Qu’on ne peut pas savoir à l’avance. Que pour la trisomie, c’était pas génétique, et qu’il n’y a pas de raison pour que ça se reproduise, sans garantir non plus, comme le reste. Non elle ne peut pas m’assurer que j’aurai bébé dans mes bras, ce qu’elle espère, et je le sais.
Je lui dis mes peurs, mes craintes et la difficulté à m’investir dans cette grossesse. Elle me dit que c’est normal et que pour être déjà « rassurée » qu’il y ait bien un bébé, que se soit pas un oeuf clair, que la grossesse évolue, m’encourage à demander lors du rdv pour l’écho de datation, une écho rapidement pour un contrôle. Je réponds que oui, ça m’aiderait. Et je rentre.
A la maison, je retiens mes larmes, mais le soir au coucher, je peux plus. Je suis câlinée par mon homme qui me demande si je suis enrhumée (non), si je pleure (je réponds que non) et qui pense que c’est parce que j’ai pleuré avant (j’arrive à être discrète). J’ai du mal à m’endormir et quand ça sera le cas ça sera en pleurant.

Dès le lendemain j’appelle la sage femme échographiste. Je remarque que depuis, elle a un secrétariat. Quand j’arrive à avoir quelqu’un je lui explique pour le rdv et dit qu’au vu de mes antécédents j’aimerai un rdv plus tôt également pour être rassurée si présence ou pas de bébé, et elle me dit que la sage femme est absente jusqu’à jeudi mais qu’elle va lui parler pour lui poser la question. En fin de journée je découvre un message et rappelle. J’ai une nouvelle secrétaire qui me lit le message. Apparemment, la précédente n’a pas compris ou su expliquer, la réponse de la sage femme est qu’à ce stade on ne verra pas la trisomie. Ben oui, je sais, pour ma précédente grossesse on avait pas vu à celle du premier trimestre… Je répète donc que c’est juste pour voir si y a bien une grossesse en fait. Sauf que l’agenda est blindé et que le seul rdv qu’elle peut me proposer c’est le 30 au matin, pendant mes horaires de boulot… Je décline, pas le choix et dit que je vais me débrouiller autrement. En rentrant j’envoi un SMS à ma sage femme en lui expliquant la situation et je lui demande si elle a un plan B. Elle me répond le lendemain. Le gynéco qui m’avait suivi pour l’IMG ouvre exceptionnellement des créneaux de rdv ce samedi matin. J’appelle donc le secrétariat, qui est au courant et me fixe un rdv. Je suis soulagée.

Le reste de la semaine j’attends, c’est long.

Ce matin (enfin), je vais au rdv. Le gynéco me demande comment je vais et je lui dit pourquoi je suis là. Il est tout jouasse et me propose direct l’écho (ne traînons pas qu’il dit ^^). C’est quand même tôt et donc on ne voit pas distinctement un bébé, mais on voit très bien une forme (haricot ^^) avec le petit coeur qui clignote 🙂
Il y a donc bien un bébé qui va bien.

Je suis soulagée mais reste sur la réserve. Prochaine étape, l’écho de datation le 14/12. Ca va être long… J’aurai pu la faire une semaine plus tôt, mais bien sûr, agenda blindé au cabinet :/

Cette semaine, j’ai lu à TiChou le livre « Léa n’est pas là » qu’on peut trouver en téléchargement ou en commande sur le site de l’association Petite Emilie. Je n’avait pas eu la force de lui lire avant. Il en a parlé pendant donc je pense qu’il comprend bien. J’en ai profité pour lui dire que notre petit ange, était au ciel, qu’il n’était pas là et que si bébé dans le bidou, ça ne serait pas lui mais un autre bébé (en gros hein) et qu’on espérait très fort que ce dernier ne serait pas malade, qu’on puisse l’accueillir. Le but étant qu’il fasse  la différence entre les 2.
J’ai suggéré qu’on demande un petit bébé dans mon bidou pour Noël, mais TiChou a de suite répondu que lui voulait un vélo à pédales ^^. J’ai répondu oui bien sûr que lui pouvait demander un vélo et moi le bébé, ce à quoi il m’a répété que lui voulait le vélo (très important) et ok pour maman le bébé (ouf).

Je me suis beaucoup posé la question de quand lui dire. Ma première idée était au premier trimestre, car c’est long déjà l’attente d’un bébé. Sachant que de toute façon, on peut apprendre une mauvaise nouvelle après, mais avant aussi. Si cela ne devait pas bien se passer, de toute façon il le ressentirai. Pas de tabou ici de toute façon et je ne peut rien lui cacher, il voit très bien quand je suis triste. Alors, je lui ai montré la photo de l’écho. Au début tout content il me dit que c’était lui quand il était dans mon bidou. Je lui réponds que non, j’en ai de lui, que je peux lui montrer s’il le souhaite, mais que celle-ci date d’aujourd’hui, que c’est un bébé (mais pas lui). Hum…il a pas été ravi au départ. Et puis je lui ai parlé, j’ai sorti le livre « Les p’tits docs : le bébé » ça a l’air de bien passer (en tout cas il m’a redemandé le livre en histoire du soir). Je lui ai proposé qu’à chaque fois que j’aurai des photos du bébé, je lui montrerai. Ma foi il voulait bien donc bon, à voir. Je pense que ça sera un « travail d’acceptation » à faire et , si tout va bien, on aura du temps pour le faire 🙂

A suivre…

2

Arc en ciel?

J’ai passé des vacances, avec TiChou, puis un peu à 3 et avec M. Koala (on a laissé TiChou 3 jours chez les BP). Puis on a rejoint TiChou le week-end dernier. Chiantitude absolue : partir en week-end chez les BP en amenant les serviettes hygiéniques lavables, la cup parce que ça doit tomber ce week-end là….tssss

Et puis, week-end tranquille, chouette, ça de moins.

Mardi quand même, je me dis que mercredi j’irai faire une prise de sang, mais ne tenant plus je fais un test de grossesse (mon premier).

45509244_10217551879250155_7894238112971227136_n

Avec le retard, j’espérai mais n’osais y croire. Après ce test, j’ai pas mal pleuré. De joie, parce que j’attendais ça, vraiment, de l’espoir, mais aussi, de peur. En me disant, est-ce que cette fois ça va être bon. Est-ce que je vais arriver jusqu’au bout de cette grossesse.

J’ai voulu confirmer (ou pas) le lendemain avec une prise de sang.

pds

J’ai pas pu m’empêcher de trouver le taux pas assez haut à mon goût, mais il est là. J’ai encore pleuré.

Ça me renvoi à mon ange. Je pense à lui, à ce qu’on a vécu, comme c’était dur. J’ai envie de dire, pitié, plus jamais. J’espère que tout se passera bien et que, cette fois on aura bébé dans les bras.

J’ai hésité à appeler ma sage femme. Mais je dois bien passer par là, ce n’est pas en fermant les yeux que je serai sereine. Je dois être suivie et on verra. J’appréhende les examens… J’ai rdv le 19/11 et elle me prescrira l’écho de datation. Déjà on verra si la grossesse évolue bien, si son petit cœur bât. J’ai hâte aussi 🙂

A suivre donc…

Pour ceux qui me connaisse en privé, merci de garder cette nouvelle pour vous 😉

 

 

 

 

1

Les événements de la semaine

Le coucher de TiChou
TiChou a toujours eu l’habitude à ce que je reste allongée près de lui jusqu’à ce qu’il s’endorme, même après la fin de l’allaitement (y a pas si longtemps que ça). Pourquoi? Peut-être avec la proximité de l’allaitement. En tout cas, qu’avec moi. Avec l’annonce de BB2, on s’était dit qu’il fallait qu’on s’occupe de gérer le coucher différemment car je ne pourrais être physiquement présente pour TiChou et en même temps pour un bébé. Et surtout, qu’il fallait qu’on soit calé avant la naissance de BB2, histoire qu’il n’y ait pas de jalousie. Avec tous les événements que l’on a vécu (l’attente des résultats, la perte de notre petit ange), on avait laissé ça de côté, et puis, j’étais près de TiChou. Le problème c’est qu’avec le temps, l’endormissement était devenu plus long. TiChou luttait pour ne pas dormir et pour pouvoir vérifier que j’étais toujours là. Cette semaine, j’en pouvais plus. J’avais aussi besoin d’avoir des soirées avec M. Koala et la gestion du coucher ne me le permettait pas. On en a donc rediscuté et décidé de changer dès cette semaine, lundi soir. J’ai donc expliqué à TiChou que non je ne venais pas dans son lit, que j’allais m’assoir sur le tabouret à côté pour lire l’histoire. Une fois l’histoire terminée, j’éteins la petite lampe, lui fait un gros bisous et lui souhaite bonne nuit. Bien sûr, ça s’est fait sur plusieurs jours, j’ai dû remonter plusieurs fois, BEAUCOUP le rassurer, lui dire que j’étais là, que si besoin il pouvait m’appeler. Le premier soir, il a pleuré quelques fois, je suis montée à chaque fois pour le rassurer qu’il ne s’inquiète pas, que j’étais là, qu’il pouvait faire un gros dodo et plein de jolis rêves et qu’il fasse un gros calin à ses doudous et son nounours. Les autres soirs pas de pleurs mais des appels. Selon, soit je lui parlais d’en bas des escaliers, soit je montais. Dans l’ensemble, ça s’est très bien passé, avec bienveillance, sans avoir à crier. Il ne sortait pas de son lit et le matin, on ne manquait pas de le féliciter. Au final, il s’endort beaucoup plus rapidement que lorsque je restais avec lui…Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

La reprise du boulot
Reprise du boulot mercredi, je ne m’y suis pas rendu sereinement. J’avais peur. Peur de craquer, peur des questions…Ca c’est bien passé quand même. Les élèves ne savaient rien, donc de ce côté là pas de problème. Mes collègues avaient été mis au courant, pas les profs (mais pas au courant de la grossesse). Un des surveillants vient me parler pour me dire qu’il voulait envoyer un sms de soutien, mais qu’il n’avait pas osé, pour pas qu’on soit submergé… J’ai répondu que ce n’était pas grave. Puis, il me dit qu’il connait des amis (classique, tout le monde connaît quelqu’un à qui un truc du même genre est arrivé) qui ont aussi perdu leur bébé mais eux après l’enlèvement d’un cerclage. Je le coupe, en lui disant que je n’ai pas perdu mon bébé mais qu’on a dû arrêter la grossesse car il avait un soucis. Ah… et j’ai poursuivi en disant qu’on allait parler d’autre chose sinon j’allais me mettre à pleurer, à quoi il a répondu « ah oui bien sûr pardon » et j’ai filé. Sinon hier, une prof un peu relou à lourdement insisté pour savoir pourquoi j’avais été en arrêt en me posant plein de questions comme « c’est ton fils qui a été malade? » ou autre, auxquelles je répondais toujours non et une de mes collègues lui précise que c’est perso, la prof tente encore et me dit « mais peut être que tu n’as pas envie d’en parler? »… ben non! tsss la relou. Enfin libérée ma collègue m’avoue qu’elle ne savait plus quoi faire pour s’en débarrasser… super les curieux…

La crémation
Ce matin j’ai envoyé un sms à ma sage femme pour savoir si elle en savait plus concernant la crémation. Au départ elle m’avait dit que ça se ferait sûrement mardi mais je n’avais pas eu de nouvelles depuis. Réponse fin de matinée : la crémation a été faite mercredi, j’ai le cœur lourd. Je me pose la question de me rendre au jardin du souvenir et crématorium.

La psy
Rdv chez la psy à 16h30. J’y suis restée 1h. J’ai parlé, elle a écouté. « hum hum oui » avec de la compassion. Mais je peux pas dire vraiment que ça m’ait aidé. Le fait d’en parler ça m’a fait pleurer (normal c’est douloureux et surtout encore très récent) mais ça m’a pas forcément fait « du bien ». Pas de mal non plus hein, mais je reste perplexe sur cet entretien. Soit la thérapeute ne m’a pas convaincu, soit j’estime que je peux avancer seule. Je ne pense pas que j’y retournerai.

La dispersion
Après ce rdv, je décide de me rendre au jardin du souvenir et au crématorium. J’aimerai en savoir plus si possible, je risque rien à demander. J’arrive sur place vers 17h50, une cérémonie est affichée de 17h30 à 18h. Je fais donc un tour dans le jardin du souvenir en attendant. J’emprunte le chemin le plus proche du crématorium, des dispersions ont été faite, dont une près d’un arbre, je me demande « s’il n’est pas là » et continue mon tour. Après 18h, les proches du défunt discutent devant le crématorium, je n’ose y entrer. Puis, ils commencent à partir. Je décide donc d’y aller. Je voudrai trouver quelqu’un et poser des questions. Au pire, on me refoule mais j’aurai essayer. A l’intérieur, la décoration est particulière, design mais dans le thème, apaisante. Je n’ai pas vu le bureau de suite à ma droite et une dame embêtée en sort et me dit qu’elle va bientôt fermer. Je m’approche d’elle et je lui dit que j’aimerai un renseignement (si elle est au courant).
« Mercredi, normalement, il y a eu la crémation d’un tout petit bébé… (je fonds en larmes), un petit bébé dans un couffin bleu »
« Gabriel? »
Et là je me sens, comment dire, le regard qui s’ouvre, pleine d’espoir.
« oui, Gabriel »
« C’est votre fils? »
« Oui, on a dû arrêter la grossesse, il y avait un soucis »
« vous voulez savoir le lieu de dispersion? »
« oui s’il vous plaît » (re-espoir)
« ok, je pars là, suivez moi, je vais vous montrer où je les ai mise, j’ai dispersé les cendres ce matin »
Je la suis, sur le chemin du crématorium qui mène dans le jardin du souvenir, elle m’indique l’arbre que je pensais.
« voilà, j’ai vidé ici, autour de cet arbre »
Je la remercie et en partant elle me frotte les épaules et me dit « courage ». Je la remercie encore.
Je suis rassurée de savoir où il est. C’est bête, moi qui disait que je n’aimais pas les tombes, ce lieu fixe avec une représentation que je n’aime pas… Au final, c’est contradictoire peut être. Je sais où la dispersion a été faite et quelque part, je me sens mieux. Je sais où est mon bébé 🙂 La dispersion se termine en un tout petit tas. Et là je me dis que je peux en prendre un peu, et l’amener aussi à la mer pour une autre dispersion (j’aime beaucoup la mer). Sauf que dans un sac à main on a pas forcément une boîte hein. J’avais sur moi, juste le sachet zip en plastique dans lequel j’ai reçu le petit ange qui le représente que j’ai mis sur mon bracelet Pandora… Coïncidence du lien…
Je quitte ce lieu « toute contente » d’avoir eu ces informations, rassurée, apaisée. Je vais pouvoir moi aussi faire une dispersion, et peut être mettre quelque chose sur place au jardin du souvenir, je ne sais pas encore. Déjà, pour son « anniversaire » je pourrais amener des fleurs (sur des groupes j’ai lu « anniverciel » c’est mignon je trouve). Bref, des possibilités. Oui, je sais, j’avais aussi dit qu’on récupérait des cendres surtout les affaires et le cercueil, mais oui c’est symbolique…

En presque 2 semaines, j’ai avancé. Oui j’ai toujours, et j’aurai toujours cette peine de cœur, une pensée pour mon ange, des regrets pour son absence (sans penser à la trisomie), le poids de la décision et de l’arrêt de la grossesse, toujours. Une place pour lui dans mon cœur, pour la vie. Mais j’ai aussi de l’espoir. L’espoir d’agrandir la famille et de continuer à avancer tous ensemble.

4

Une semaine

Une semaine que j’ai accouché et que j’ai perdu mon ange… il me manque.

La douleur est toujours là (et je l’aurai à vie), les pleurs ce sont espacés, je suis nostalgique. J’imagine que c’est ça, être sur la voie de l’acceptation.

Le plus dur, c’est le soir au coucher, je ne peux m’empêcher de verser des larmes.

Mon ventre s’est aplati, mes aréoles redeviennent rose… le corps sait.

Quelquefois, il m’arrive encore de passer la main sur mon ventre, qui n’est plus rebondi, je me rends compte, je la retire peinée…

Avec M. Koala on est proche, mais on vit tout ça différemment. Lui s’est acheté un nouveau PC portable et a passé du temps à étudier les caractéristiques qu’il souhaitait, il a besoin de décompresser avec ses potes, il passe beaucoup plus de temps avec TiChou. Moi aussi je suis plus sur TiChou, mais j’aurai besoin de solitude aussi… On passe du temps ensemble aussi.

J’ai quand même fait du tri, rangé des affaires, fait de la place… Les affaires de bébé, de TiChou, que j’avais prévu de ressortir bientôt, je les ai rangées définitivement. Y a plein de choses que j’aurai aimé faire. J’ai eu des moments où j’étais active et d’autres pas, car besoin de ça aussi. Je n’aurai pas le temps de tout faire, la reprise du boulot est prévue pour mercredi mais tant pis ça attendra. J’appréhende cette reprise, mais il ne restera qu’une semaine et demi, après ce sont les vacances scolaires, donc ça va le faire (j’espère).

Difficile de trouver des personnes avec qui en parler car elles n’ont pas forcément vécu ça et les autres je ne vais pas leur rappeler leurs malheurs. Alors j’ai essayé quelques groupes Facebook sur le deuil périnatal, mais le problème c’est que là on est toutes avec la même peine et c’est pas super positif.

Du coup, j’ai demandé à ma sage femme pour un suivi psychologique (on m’en avait proposé un mais je n’étais pas décidée). Je sais pas si ça m’aidera, j’ai rdv vendredi, je teste et je verrai bien. Je lui ai demandé aussi où ça en était pour la crémation de notre ange et ça sera mardi en principe (donc demain), elle me tient au courant.

Avec M. Koala, nous avons décidé de se protéger jusqu’au retour de couche et ensuite de laisser faire les choses. Nous avons besoin d’un nouveau bébé… Aucun bébé ne remplacera notre ange qui restera notre BB2. Le prochain, sera BB3. Et j’espère que ça se passera bien (j’angoisse déjà rien que d’y penser) parce que nous avons envie d’accueillir un bébé dans notre maison et pas uniquement dans nos cœurs.

1

Le vide…

Y a un truc que je peux affirmer, ce n’est pas parce que l’accouchement est passé, que c’est fini, qu’on est prêt à passer à autre chose… En tout cas pas pour moi, et pas maintenant (normal).

Je dirai que la douleur est pire, j’ai horriblement mal… Et qu’une fois fait, il y a le manque… le manque de son bébé.

Je me sens vide…

Les hormones de l’accouchement n’aidant sûrement pas.

Normalement, après un accouchement, on a bébé avec soit et on est rempli d’hormones ocytocines, le bonheur immense nous envahit, on kiffe bébé et ça nous fait potentiellement oublier les douleurs de l’accouchement.

Sauf que là…bébé n’est pas là. C’est comme si tout mon corps l’appelait, le réclamait.

Le vide, l’absence, le manque…me ronge.

Et là, je ne pense même plus à la trisomie, je veux mon bébé. Moi aussi je voudrait l’avoir dans mes bras, le câliner… sauf que c’est pas possible, c’est fini.

Je ne regrette pas ma décision qui a été la bonne, ça j’en suis sûre. La trisomie ne se soigne pas et on aurait pas pu savoir à l’avance comment et à quel degré elle l’aurait accablé. S’il aurait pu être heureux, s’il aurait souffert. On a préféré ne pas prendre de risque. Lui donner une chance pour une autre vie.

Mais ce bébé, je l’aimais quand même. Il était désiré.

Je pense à lui, tout le temps. Si je ne me retenais pas, j’en pleurerai à longueur de journée (j’y suis pas loin en fait) (encore merci les hormones, en plus du reste).

J’en veux à la terre entière. J’aurai voulu que mon bébé soit épargné.

Il me manque 😦

Je me demande comment je vais y arriver, comment continuer, penser à lui autrement.

J’ai une plaie ouverte que tout le monde essaie de panser, j’attends la cicatrice…