1

Au revoir Gabriel…

Lundi 26 mars (16 SA + 2) le matin, on a déposé TiChou à la crèche et on est parti à la maternité. On a posé des affaires dans la chambre et pris seulement un sac pour moi et un avec ses affaires.

On nous a installé en salle de naissance. On nous a bien entouré, bien expliqué le déroulement, comment il serait (assez « rouge » vu la finesse de la peau avec les vaisseaux et qu’on verrait peut être les caractéristiques de la trisomie. On a pu poser toutes les questions qu’on voulait. Le gynéco est venu nous voir aussi, ainsi que ma sage femme, en « civil » mais venue exprès pour nous. J’ai pris 2 comprimés et j’ai ressentis des effets assez rapidement.

Comme c’était déjà difficile, j’ai opté pour une péridurale, surtout au cas où pour après pour éventuellement enlever des restes de placenta.

La pose de la péridurale a été réalisé par une dame anesthésiste pas motivée et froide (à peine bonjour). Bref non seulement elle s’est loupée mais elle m’a trituré et m’a fait mal…

J’ai donc tout senti mais ce fut gérable, Gabriel étant petit sûrement, et d’après les sages femmes, j’ai bien réagi aux médicaments car ça allait vite. Premier examen je suis déjà à 4 cm.

On sent vraiment que « ça travaille » de l’intérieur.

Le temps passe et je commence à avoir bien mal. Deuxième examen, je suis à 7 cm et la poche se rompt. Là j’ai plus mal et Gabriel est pas mal descendu. La sage femme me propose de pousser un peu ou d’attendre, il est à 2 phalanges. En fait, j’en sais rien, je craque, j’ai peur. Peut être parce que c’est la fin, je sais pas, mais c’est difficile. On prend le temps. Je me décide à pousser un peu, mais j’avoue, pas beaucoup. Les jambes et les fesses sortent en premier, puis la tête vient, il est 13h29. Et là je demande à M. Koala, « comment il est? ». Il regarde et pleure. On me propose de le voir, je réponds que oui. On me le présente devant moi, enveloppé, je vois juste sa tête. Je dis « il a le même nez que TiChou », je le trouve beau quand même. Je sais pas trop combien de temps ça a duré, ça m’a parût court mais j’ai eu le temps quand même. On nous dit qu’on va devoir l’amener pour les examens et il part avec ses affaires. Je me retrouve seule avec M. Koala, qui s’est assis sur la chaise, la tête entre ses mains, coudes sur les genoux en train de craquer (« enfin » car il se retenait, un peu parce que je pleurai déjà beaucoup, pour pas en rajouter, ou il se « cachait »). Je crois que c’était tout de suite plus réel pour lui. Je lui ai pris la main en pleurant et je lui ai dis « la prochaine fois qu’on viendra là, on repartira avec notre bébé ». L’espoir ça fait tenir aussi…

La sage femme revient avec le gynécologue et un appareil à échographie. Le placenta est en train de sortir, ça tombe bien. Après vérification, le gynéco a un doute à un endroit (à l’écho car le placenta a l’air complet comme ça). Il va pratiquer une aspiration. Il m’explique le déroulement et me dis que dès que j’ai mal je dis stop et il s’arrête de suite. Sauf que rien qu’en me mettant le spéculum ça me « pince ». Alors il me l’enlève, il n’est pas content car la péridurale est inefficace (ben oué ça j’avais remarqué), qu’il ne peut pas me laisser comme ça. Les sages femmes lui expliquent la super motivation de la dame anesthésiste mais qui devait néanmoins faire son taff. Du coup, on appelle un anesthésiste, un monsieur sympa. On me met un masque à oxygène. Au début j’ai cru qu’on produit serait mis dans le masque pour que je sois stone mais en réalité il avait une seringue avec un produit blanc qu’il a injecté dans le cathéter. Il me parlait et après…je ne me souviens de rien. J’ai eu une anesthésie générale. M. Koala était là, on m’a enlevé le reste et tout a été nettoyé.

Je me réveille, y a plus personne, je regarde l’heure il est vers 14h30, reste que les appareils avec ce qu’on m’a enlevé dedans. Je suppose que M. Koala est parti manger et que les sages femmes doivent être occupées.

A côté, j’entends une maman en travail. La sage femme lui dit qu’elle voit « sa puce ». Je me dis qu’elle a bien de la chance…

La sage femme revient au bout d’un moment et s’excuse, y a pas mal de boulot, mais elle est embêtée de m’avoir laissée seule. Je lui réponds que c’est pas grave, que je comprends, que de toute manière je me suis réveillée doucement. Elle s’occupe de moi et me dit qu’on va venir me chercher pour descendre en chambre.

En bas, peu de temps après j’y retrouve M. Koala. On appelle, on aimerait revoir Gabriel, passer un peu de temps avec lui. La sage femme nous dit pas de soucis mais que là haut à l’espace naissance elles sont un peu débordées du coup elle sait pas trop nous dire quand.

La photographe (bénévole Souven’ange mais aussi professionnelle : L’effet mère) arrive, elle est très sympa (j’avais déjà échangé avec elle par téléphone). Elle a l’habitude et le personnel la connait, elle nous dit qu’elle va aller le chercher et nous l’amener.

Elle revient, avec un berceau classique de maternité à roulettes, un drap blanc recouvre le tout. Dessous, On aperçoit le couffin, avec dedans Gabriel dans son nid d’ange et son doudou à côté, comme on le souhaitait. Elle nous félicite pour ça, elle trouve ça joli, il a l’air bien dedans. On parle beaucoup avec elle, elle nous le montre en entier, prends des photos, on le regarde. Il ressemble vraiment à un bébé en miniature. Il est, en effet, un peu plus rouge, ses paupières fermées (à mon terme c’est pas « fini »). Il est long quand même (long et fin comme TiChou), la photographe le trouve grand. Il a de minuscules petites mains et pieds. Mais tout est là, on voit très bien même que c’est un garçon.

Quand elle a terminé des photos, elle nous questionne si on a des demandes particulières et nous laisse un temps seuls avec lui avant de le ramener. J’ose pas trop le toucher, je le fait à peine, j’ai peur de « l’abîmer ». M. Koala l’embrasse, on lui dit au revoir. C’est dur…

Elle repart avec lui…

M. Koala part chercher TiChou, pour l’amener, et attendre aussi de savoir si je sors ou pas (en principe on dit me garder cette nuit). On passe un moment ensemble et comme TiChou a faim ils repartent.

La sage femme me dit que ça serait pas mal que je reste la nuit et reparte le lendemain, soit.

Les repas, franchement, je suis pas difficile mais là… Pourtant, pour TiChou, j’avais le souvenir inverse.

Personnel super sympa et à l’écoute, aux petits soins, pour ça, j’ai rien à dire.

J’ai mal dormi. Déjà c’était pas simple et puis le lit grinçait, mon dos m’empêchait de bien dormir et j’ai quelque fois entendu des bébés. Je me suis encore dis que, la prochaine fois que je viendrai, ça serait dans d’autres circonstances…

A 6h40 l’infirmier vient me prendre la tension et la température, outch ça pique. Il me donne aussi un papier à remplir pour l’autorisation pour la crémation (crémation individuelle gérée par la clinique et dispersion au jardin du souvenir) et le papier de déclaration pour Gabriel. Je tente de dormir encore un peu.

Vers 8h30, le gynéco vient me voir, me parle de l’intervention, et me dit que je peux sortir quand je le souhaite. Ma sage femme le suit de pas loin, on discute, et me dit qu’elle espère bientôt me revoir, quand je serais prête aussi.

Je prends mon petit déjeuner, réuni mes affaires, me douche et M. Koala que j’ai prévenu et qui vient de déposer TiChou à la crèche arrive. On va déposer le papier de la crémation, à ma sage femme que je recroise, on discute encore. Des bébés prennent leur bain et crient, je pleure. Elle me console. On se salue et je repars avec mon arrêt de travail jusqu’à vendredi inclus. Ca voudrait dire que je reprendrai le travail mercredi dans une semaine, si tout va bien (lundi est férié et je ne travaille pas le mardi). On verra à ce moment là…

Avant de rentrer, on passe à la mairie, Gabriel est noté dans notre livret de famille et on repart avec des actes d’enfant né sans vie.

On rentre. J’ai reçu un cadeau avec une carte, un bouquet de roses blanches, ça fait plaisir.

On est rentré, c’est fini, mais j’ai le blues, le ventre vide et plus de bébé…

Au revoir Gabriel…

29067124_10155512182667183_4059240090428243968_n

Merci à une copinaute pour son dessin qu’elle avait fait pour des amis et qu’elle m’a envoyé 🙂

Publicités
0

La veille…

C’est un jour « entre deux », où rien n’est prévu mais il faut attendre.

Il ne s’est pas passé grand chose. J’ai préparé un sac à dos pour moi avec quelques affaires au cas où, un petit sac pour lui avec ses affaires. Bien loin de la valise de maternité où l’on amène les brassières et mini bodys avec chaussons et bonnets, l’écharpe de portage…

Je sais pas si j’en ai fait un peu trop mais au moment du repas j’ai contracté un peu. Rien de méchant.

Après le goûter de TiChou, je lui propose d’aller jouer dans le jardin. Il fait pas super beau mais il ne pleut pas, un peu boueux mais avec ses bottes et son imper ça passe niquel. Le jardin est clos, j’aurai pas à lui courir derrière ^^. On a joué un moment et il a voulu faire de la balançoire. Une pour petit, un siège avec un « T » devant pour protéger. Je l’ai porté pour l’y mettre et j’ai un peu galérer pour l’en sortir à cause des bottes. J’ai pas demandé d’aide…

Est-ce à cause de ça, possible, mais après ça a été compliqué… J’ai dû m’allonger, j’ai beaucoup contracté. J’ai pris du Spasfon et suis restée allongée. Franchement c’est flippant. Parce j’avais peur qu’il arrive. En début de soirée, c’était pas le moment dans le sens où TiChou est avec nous et nous sommes seuls avec lui. M. Koala me dit que si jamais on se pointera tous les 3 là bas, je dis non, qu’il faut que j’y aille et qu’il faut qu’il reste à la maison avec TiChou en attendant que quelqu’un prenne le relais. Il ne veut pas me laisser…

Heureusement, le repos ou le Spasfon a fait son effet. J’ai demandé « non, pas maintenant, pas avant d’avoir déposé TiChou à la crèche, pitié ».

Bref, là je contracte de temps en temps mais ça va, je croise. Je vais essayer de me reposer un max, demain sera une grosse journée…

0

Premier jour de prise en charge

Hier soir je tardais à aller me coucher, comme pour repousser peut être. Ca sert à rien je sais. M. Koala m’a envoyé au lit.

Ce matin, je me suis réveillée avec l’état d’esprit d’un condamné le jour de sa peine. Heureusement, TiChou m’a réveillé en musique avec sa bonne humeur, ses bisous et ses calins ❤

On s’est habillé, on a pris notre petit déjeuner. J’ai bien dû dire au moins 3 fois « bon, j’y vais ». Puis je suis partie pour de bon. Dès que je suis rentrée dans la voiture je me suis mise à pleurer et je n’ai pas arrêté jusqu’au retour, où, arrivant à la maison j’ai séché mes larmes, pour TiChou.

Je me suis rendue à la maternité, la sage femme de garde m’a accueillie et m’a invité à la suivre dans un bureau à part. Elle a de la peine pour moi, me regarde pleurer et dis « oh pauvrette je suis désolée ». Elle m’explique et me présente la plaquette des 3 comprimés et met un verre d’eau devant moi. Je les regarde. Voilà, j’y suis… Je me vide la tête, et je les prends d’affilé. Elle a toujours gardé une conversation et me demande si j’ai fais une prise de sang, si j’ai vu l’anesthésiste (car je peux avoir recours à la péridurale si je le souhaite). Mais non j’ai rien fais de tout ça. Elle appelle le gynéco, puis l’anesthésiste qui lui dit qu’il viendra me voir lundi matin. Elle me dit qu’on va faire la prise de sang maintenant, comme ça, on aura les résultats pour lundi. Une personne vient faire le prélèvement. Elle me demande aussi si on m’a donné une heure d’arrivée pour lundi. Je réponds que non, qu’on avait pensé amener TiChou à la crèche pour 9h et venir ensuite. Je demande si ça convient elle me répond que oui. Elle me dit donc on se revoit lundi. Je lui demande si y rien ne se passera entre-temps. Elle me répond qu’à mon terme (16 SA aujourd’hui), ça serait étonnant. Il se peux juste que j’ai quelques saignements. Donc, en théorie, rien ne se passera avant lundi. Ca me rassure quand même, j’ai peur qu’il sorte tout seul. Puis, elle me demande d’aller aux admissions pour préparer mon entrée de lundi. Ca ne m’enchante guère… Elle me dit qu’elle va les prévenir avant et appelle. Elle explique et dit à la personne « ah non ce n’est pas une IVG! c’est différent, c’est pas une interruption volontaire mais thérapeutique, ça n’a rien à voir!… ». Merci, trop de personnes fond l’amalgame je trouve. Je descends donc aux admissions. Sur mon chemin, je croise la secrétaire du gynéco, je suis en pleurs, elle répond à mon bonjour avec compassion. Aux admissions par contre la femme on dirait une machine… Je fais les papiers et je sors. Je reprends la voiture et je rentre.

On sent assez rapidement des effets je trouve. Comme un cercle dans le ventre. On sent son utérus quoi.

Je me dis que je vais aller faire un tour avec TiChou. Il pleut. Je l’amène à l’animalerie. Oué je sais, c’est pas très original mais ça fait sortir, c’est gratuit et pas très long. Il est ravit, mais en fin de visite il commence à vouloir s’échapper et je n’ai pas la force de lui courir derrière. C’est difficile. On rentre. J’ai mal au ventre. Pas des douleurs atroces non mais pas agréables. Aux wc je remarque une toute petite tâche de sang dans mon shorty… (la seule de la journée). Après, j’ai eu quelques douleurs mais comme de règles et c’était épisodique. Par contre, le ventre est « dur ». Je me suis reposée le reste du temps.

On a pas trop le moral, mais on tient, pour TiChou qui est là avec nous. Peut être qu’on aurait dû le confier car c’est dur de proposer des activités. Mais quelque part, ça nous force un peu à nous bouger et on aime qu’il soit avec nous.

Après avoir endormi TiChou, je prends une douche et je descends. On a mis The Voice. Une candidate chante « Vole » de Céline Dion. C’est trop dur je n’arrive pas me retenir de pleurer, et M. Koala me suit. On chiale tous les deux. P**** m**** fait c**** la vie 😦

On sait que ce week-end c’est la fin, qu’il va partir. Peut-être est-ce déjà le cas… Ca nous fait mal. On pense à notre ange qui s’envole… J’aime penser qu’il y aura mieux pour lui après…

2

La préparation

Demain matin c’est le passage à la mater…j’ai la boule au ventre.

Je vais commencer par hier soir, parce que je ne t’ai pas raconté que, durant le coucher, je me suis dis que j’allais essayer d’en parler avec TiChou. On était dans son lit, c’était après l’histoire du soir, après avoir éteint la lumière. Il était calme, c’était le bon moment je pense car dans la journée il est trop « sur piles » ^^. En général, quand il ne veut pas écouter, il parle par dessus, donc là à voir. Voici ce que je lui ai dis :
« Mon chéri, tu sais, en ce moment, je suis très triste, mais ce n’est pas de ta faute. Tu sais, le bébé dans mon bidou, il est très très malade et les docteurs ne peuvent pas le guérir. Alors il va partir et rejoindre les étoiles… Toi, quand tu étais dans mon bidou, tu n’étais pas malade, tu allais très bien, et quand tu es né, on t’a ramené à la maison. Là ça sera pas possible pour le bébé, il viendra pas à la maison, il ne sera bientôt plus dans mon bidou. Peut-être qu’un jour, il y aura un autre bébé dans mon bidou, qui j’espère ne sera pas malade, et on le ramènera à la maison. Tu sais, je t’aime mon chéri… »
Il a tout écouté, n’a absolument rien dit, n’a pas bougé (plutôt étonnant de sa part). Après, qu’est-ce qu’il en a retenu/compris, difficile à dire pour un enfant de 2 ans et demi.

Ce matin, après avoir amené TiChou à la crèche, dans le rond point je lis sur les panneaux « crématorium, jardin des souvenirs… ». Je décide d’aller voir. Je suis rentrée dans le jardin, j’y ai fais un tour, j’ai pleuré. C’est déjà dur alors qu’il n’y est même pas 😦

Ce qui est proposé par la clinique, c’est une crémation collective avec d’autres anges, et une dispersion dans le jardin des souvenirs.
J’ai demandé quelques devis à des pompes funèbres pour avoir un ordre d’idée si jamais on voulait faire une crémation individuelle et récupérer les cendres pour une dispersion en mer par exemple. On voit le business de la mort… Ca va de 595€ à 2000/2500€ pour LA MÊME prestation. Celle qui est la moins chère fait uniquement payer le petit cercueil (en pin brut pour ce prix, sinon rajouter jusqu’à 150€ pour du chêne blanc haut de gamme) et la taxe de crémation. Le reste, elle ne fait pas payer (par choix) pour les enfants morts-nés. Quand on voit la différence, je trouve ça scandaleux quand même… Bref. J’avais lu sur le site de l’association Petite Emilie et là certaines pompes funèbres m’en ont parlé, avant 1 an, un enfant ne produit pas de cendre ou quasi rien. Ce qui reste en fait, ce sont les cendres du cercueil et des affaires personnelles. C’est symbolique…
M. Koala se dit que le fait que se soit organisé par la maternité et la dispersion dans le jardin du souvenir, ça lui convient. Moi, du coup, je me dis que si c’est pour rien récupérer… J’y réfléchis encore quand même. L’inhumation on est pas pour par contre, même si cela avait été pour nous. C’est pas évident de prendre une telle décision.

Aujourd’hui j’en ai profité pour terminer quelque chose que je voulais pour lui. Je voulais un couffin. Me demande pas pourquoi, je sais pas. Au départ, je t’avoue que j’ai yieuté en magasin, au rayon poupées. Mais tout est trop grand ou moche, enfin pas adapté quoi. Alors j’ai décidé d’essayer d’en faire un moi-même, au crochet. J’ai donc acheté du fil, assez gros et j’ai ressorti mon crochet. Je me suis inspirée d’un tuto sur youtube mais que j’ai adapté en plus petit comme j’ai pu. Pour lui donner une forme et du confort, j’ai cousu un petit matelas molletonné avec un fond en carton et un petit oreiller. Bon, c’est pas parfait et pas comme le modèle sur la vidéo, mais je l’ai fait de mes mains pour mon ange.
Voici ce que ça donne en photo avec le doudou et le nid d’ange.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Avec une partie de la collecte des copinautes, je me suis acheté ce charms pour mettre à mon bracelet Pandora.

charms ange

Voilà, demain, va falloir aller à la mater, ça annonce la fin 😦

 

0

Dates fixées…

Est-ce grâce à l’intervention de ma sage femme, je n’en sais rien. Toujours est-il que ce matin j’ai eu un appel de la secrétaire du cabinet du gynéco. On avait l’autorisation. Si je le souhaitais, je pouvais passer ce jour pour prendre les comprimés et être hospitalisée samedi. Je lui ai demandé un temps de réflexion pour voir l’organisation avec M. Koala.

Il a appelé sa maman, elle ne peut vraiment pas être dispo samedi pour venir garder TiChou. Du coup, on décide qu’il serait mieux que j’y aille samedi matin pour une hospitalisation lundi matin (au cas où elle peut venir dimanche), c’est plus simple pour nous.

Voilà c’est fixé…

D’un côté, on voit le bout. Mais franchement je peux pas dire que j’ai hâte… Ca veut dire aussi la fin, qu’il va partir 😦

Même si nous sommes sûr de notre décision, pour son bien, pour nous aussi.

Donc non, je ne vais pas mieux. C’est horrible comme sentiment, ça me poursuit…

La plus grande épreuve et la plus grande douleur de toute ma vie…

Ca fait horriblement mal. Et pourtant, je ne le connais pas, mais je le porte. J’imagine à peine la perte d’un enfant que l’on a connu.

Voilà, c’est fixé, ça approche, je redoute…

0

Le rdv chez le gynéco

Aujourd’hui je suis en colère, je vais t’expliquer pourquoi…

Lundi après-midi, je me rends à mon rdv chez mon généraliste à 14h30.

Dans la salle d’attente, je reçois un coup de fil du secrétariat du gynéco. Notre dossier doit passer avant en commission, et après renseignements, il s’avère que sur Toulouse elle a lieu tous les mardis soir. Notre rdv de 19h étant trop tard, on me demande de venir pour 16h20, ok. Ca m’arrange, TiChou à la crèche, M. Koala pourra m’accompagner.

Mon généraliste me reçoit. Il me prolonge pour ce jour et mardi, vu que je dois voir le gynéco ensuite, celui-ci prendra la suite. Il me dit que si jamais, bien entendu, je n’hésite pas à revenir, la secrétaire est au courant, une prolongation sera faite.

Mardi, juste avant le rdv, on va à la mairie faire une reconnaissance anticipée. Comme ça, tout sera bon.

On arrive dans la salle d’attente, c’est long. Le gynéco nous reçoit. Il nous semble sympathique et compréhensif. Quand on lui pose une, puis deux question sur l’après pour notre bébé, il botte en touche en disant qu’il ne sait pas, mais que les sages femmes ont l’habitudes et qu’elles pourront répondre à toutes nos questions le moment venu, qu’on aura le temps, soit.

L’entretien a dû durer entre 5 et 10 minutes tout au plus. Il nous dit qu’il y a des papiers à signer pour le dossier, qu’on va faire ça avec la secrétaire. Il nous accompagne auprès d’elle et lui laisse notre dossier et les papiers genre débrouillez vous. Elle, un peu gênée et embêtée, s’excuse, elle n’a jamais fait ça et du coup nous dit qu’elle va appeler une autre secrétaire (d’autres gynécos) pour qu’elle vienne l’aider. Elle se rend compte qu’il n’a même pas signer les papiers… Elle nous fait signer et nous libère.

Le gynéco nous a expliqué que notre dossier passerait en commission et que donc, dès le lendemain matin on aurait l’accord et dans la journée il me recevrai pour la prise des médicaments.

Ce matin, 10h, pas de nouvelles. Du coup, j’appelle. La secrétaire m’explique que quand elle a envoyé le dossier hier soir (par mail), elle a ensuite appelé à Toulouse pour les prévenir et là on lui a annoncé que le dernier délais de dépôt des dossiers c’était le jour même à 14h…. On était déjà au rdv bien hors délais… Elle me dit aussi que le gynéco va appeler la coordinatrice pour voir s’il est possible d’avoir un accord de principe pour pouvoir entamer l’IMG. Je reste sans voix, désappointée, M. Koala en colère veut appeler et parler au gynéco, je le calme. Pour moi, à mon avis, on ne pourra jamais rien faire sans être passer par la commission et nous allons devoir attendre une semaine de plus….

J’en parle à ma sage femme via sms, elle me dit que peut-être on aura un accord de principe et pouvoir commencer, elle se veut donc rassurante.

J’attends….

15h j’en peux plus, 5h que j’attends, je rappelle. J’arrive à avoir la secrétaire qui me dit qu’en fait le gynéco n’a pas encore appelé. Quoi????? Là franchement ça m’énerve. Je lui dis « excusez-moi, vous n’y êtes pour rien mais je fais quoi moi???? On a aucune nouvelle! En plus, je n’ai pas d’arrêt de travail pour aujourd’hui! Mon généraliste pensant que le gynéco prendrait la suite hier soir, je n’ai rien! Parce qu’il a dit que pour l’instant il ne s’occupait pas de moi concrètement et donc pas d’arrêt. Là j’ai besoin de savoir, son secrétariat téléphonique ferme à 16h et à 17h la secrétaire part! Je demande quoi? un jour? la semaine? qu’est-ce que je fais???? ». Elle semble embêtée, me dit qu’elle va se renseigner et me rappelle.

Elle me rappelle en me conseillant de demander la semaine d’arrêt, disant que si jamais avec l’hospitalisation ça se chevaucherait et y aurait après aussi. Je la remercie et j’appelle le secrétariat de mon médecin traitant. La secrétaire au courant me prolonge et fait signer les papiers, ouf.

Je tiens ma sage femme au courant de la suite et je lui donne mon sentiment. Je lui dis que peut être ça l’embête de s’occuper de nous. Elle me répond que demain elle sera sur la clinique et qu’elle ira le voir. Je la remercie.

Sérieusement, oui je suis en colère. C’est déjà difficile, on a dû attendre pour avoir le rdv avec le gynéco quasi une semaine après que ma sage femme nous ai reçu pour nous communiquer les résultats, et là, parce qu’il s’est mal renseigné, je sens qu’on va devoir attendre une semaine de plus….

On a aucune nouvelle ce soir…

0

Un week-end à la mer

Quand M. Koala m’a suggérer de partir un peu, le week-end qui arrivait, je me suis dis que ça nous ferait le plus grand bien.

J’ai souhaité partir à la mer. L’idée étant de profiter tous les 3.

On a regardé au plus proche de chez nous et avons choisi Narbonne Plage. Puis, nous avons regardé sur Airbnb et fait notre choix. Nous avons réservé du vendredi fin d’après-midi au dimanche début d’après-midi.

Dès notre arrivée nous sommes allés faire un tour sur la plage. Nous en avons bien profité samedi matin avec un super soleil. Après la sieste, nous sommes allés à Bages nous promener et avant de repartir nous avons fait en aller et retour la route des étangs qui va de Bages à Peyriac-de-Mer. Malgré le vent nous sommes retournés à la plage le dimanche matin avant de manger et repartir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

TiChou était ravi et ça nous a fait un bien fou.

Bien sûr, on ne laisse pas les soucis et notre tristesse à la maison, on les emporte dans notre sac à dos, mais regarder la mer, respirer… ça vide l’esprit, on ne pense plus à rien, on vit.

Gabriel était avec nous, on en a parlé (pas encore avec TiChou), avec tristesse, avec amour aussi.

Je peux pas dire qu’on est plus prêts, je crois qu’on ne le sera jamais. Mais je crois qu’on accepte (tant bien que mal). J’arrête de me demander pourquoi, qu’est-ce que j’ai fait, c’est comme ça. Il faut qu’on arrive à passer cette épreuve. J’en veux quand même à la Terre entière mais c’est comme ça.

Une nouvelle semaine commence. Tout à l’heure j’ai rendez-vous chez mon généraliste pour faire prolonger mon arrêt maladie et demain soir je vois le gynécologue. J’en saurai donc plus demain.

Je suis entre le fait de vouloir avancer et en même temps je redoute la suite…