0

En ce jour de fête des mamans…

En ce jour de fête des mamans, je suis partagée.
Partagée entre l’immense plaisir d’avoir reçu de la part de TiChou un cadre peint et un poème et le manque de mes anges.

TiChou, 3 ans et demi, en petite section de maternelle, m’a apporté tout fier son oeuvre (non sans avoir vendu la mèche avant ^^) et m’a récité sa première poésie.
Séquence émotion pleine de choupitude 🙂

Je mesure encore plus aujourd’hui, l’immense chance d’avoir TiChou près de moi et qu’il soit tout heureux de me fêter ce jour si particulier.
Je pense à toute celles qui, aujourd’hui, n’ont rien reçu, ou partiellement, car elle ont un ange là haut.

Gabriel aurait 8 mois, et j’aurai sûrement reçu, comme pour TiChou, ses empreintes à la peinture formant un cœur, une fleur ou autre en revenant de la crèche.
Elaïa serait encore dans mon ventre, bien au chaud, dans le 8ème mois.
La vie en a voulu autrement, et aujourd’hui, encore plus, je pense à eux.

Ce mois-ci, j’ai voulu positiver à fond, à me dire que, cette fois-ci, je pourrais avoir un cadeau supplémentaire. Tellement, que la semaine dernière j’avais acheté un test de grossesse. Avec 2 jours jours de retard, j’aurai pu faire un test aujourd’hui! Sur le papier ça aurait été chouette. Vendredi, jour J, rien, j’y crois. Samedi matin, rien, la banane. Et c’est arrivé dans l’aprem. Dé-gou-tée ! Encore, mon corps n’est pas si sadique que ça. Certes, un jour de retard et j’y ai cru, mais il m’a épargné d’y croire plus et de cramer un test pour rien ce matin…
Mais voilà, pas de surprise, ce jour 😦

A suivre…

 

 

Publicités
1

Les caryotypes

Après les résultats qui avaient confirmé la T21, nous avons fait avec M. Koala, chacun une prise de sang pour analyser nos caryotypes.
Dans l’attente des résultats, je dormais mal. J’imaginais tout et n’importe quoi. Quelque chose d’équilibré chez l’un de nous, et que TiChou serait porteur et pourrait vivre la même chose que nous. Ça me rendait malade… Ou une faible mosaïque chez l’un de nous. Et mes pieds avec gros orteils en « sandales », chose que l’ont peut trouver chez une personne atteinte de T21, me faisait penser que ça pouvait être moi… (pas tous ont cette spécificité). M. Koala lui attendait simplement. Il disait avoir vécu durement l’attente des résultats du bébé, beaucoup plus que ceux là, ou juste il attendait.

Mais moi, si j’étais anxieuse, c’est que je savais aussi que ça pourrait déterminer l’avenir d’un éventuel bébé en bonne santé par la suite, d’un bébé tout court même…

Car, nous avons peur tous les deux que ça recommence. Rien ne pouvait présager une récidive, c’est très rare on nous a dit. Mais voilà, c’est arrivé. Qui nous dit que cela n’arriverait pas encore? On dit jamais 2 sans 3 hein. On m’a dit aussi que la troisième fois c’est la bonne :/

J’ai peur, mais d’un autre côté, ce qui pèse beaucoup dans la balance, c’est que j’ai tellement envie (et besoin) de vivre une grossesse normale (jusqu’au bout) et de ramener un bébé en bonne santé à la maison…
Alors que M. Koala, très refroidi, dit qu’il a besoin d’y réfléchir. Il se peut qu’on arrête là.
Et là c’est dur, si on est pas d’accord (à ce moment là rien n’est fait, on attend les résultats mais on en parle). Si jamais moi je veux et pas lui. Ça deviendrait compliqué. Ça voudrait dire que je devrai mettre de côté ce désir profond et l’oublier 😦
Je lui dis alors que ça serait à lui de gérer une contraception (après tout hein) et que s’il ne veut plus du tout d’enfant, il peut songer aussi à une vasectomie.
A ce moment, il ne voit pas aussi loin et dit qu’il faut réfléchir.

Nous avons eu les résultats la semaine dernière. Y a rien. Les analyses sont normales.
Alors, du coup, d’un côté, je suis soulagée car je me dis que TiChou n’a rien non plus.
Mais, on ne sait toujours pas pourquoi finalement. On se dit qu’on va attendre celui du bébé.

Presque une semaine passe encore puisque je n’ai eu les résultats qu’hier.
La trisomie est encore libre et homogène.

J’ai pu avoir le généticien.
Pour lui, c’est très rare, 2 fois « pas de chance », ça ne s’explique pas vraiment.
La translocation est écartée et le seule possibilité, très rare, serait éventuellement une T21 en mosaïque germinale (c’est-à-dire, une cellule avec 3 chromosomes 21 qui serait présente à l’endroit de la production de spermatozoïdes ou d’ovules) mais bon peu probable et surtout même avec ça un pourcentage faible pour lui pas trop possible.
Je demande s’il est possible d’analyser nos ovules (nécessité d’une stimulation du coup) et nos spermatozoïdes. Mais pour lui ça ne donnerai pas forcément d’indications intéressantes. Il m’explique que pour les spermatozoïdes il existe des aberrations qui nous ferait « peur » alors que ça arrive souvent et ne donne rien et que pour moi ça serait lourd (ponction…) et ne donnerai rien spécialement non plus. C’est pas quelque chose qui se fait trop.
Alors du coup comment savoir que cela ne se reproduira pas?
Il me dit qu’une récidive est très rare, mais que ça arrive, qu’en tout cas trois fois il n’a jamais vu.
Pour lui, (ce sont ses mots) ce serait dommage de se priver d’une grossesse vu les risques par rapport au bénéfice. Que c’est dur ce qui nous est arrivé mais qu’il n’y ait pas de raison que la prochaine fois ça ne se passe pas bien (moué).
Il me conseille pour une éventuelle prochaine grossesse. Bon déjà il faut attendre de passer le premier trimestre, dans tous les cas. Faire l’écho du premier trimestre avec prise de la clarté nuccale. Pour lui, le tri-test ne sera pas utile et me dit de venir faire directement un DPNI entre la 13ème et la 14ème semaine. Les analyses seront passées en urgence (10 jours normalement). On pourra se revoir à se moment là.
Voilà, faut faire avec ça…

J’ai eu derrière la sage femme qui m’a fait les échos, vu qu’elle souhaitait être tenue au courant des résultats (elle est en commission et notre cas est suivi là bas). Je lui ai transmis ce qu’il m’avait dit. Pour le tri-test, elle, elle préfère quand même que se soit fait car ça peut donner d’autres indications, soit. Elle me dit que oui, faut retenter, ça serait dommage. Je demande si, par rapport à mon corps il faut attendre ou pas, vu que, quand même, j’ai eu 2 moitiés de grossesse en moins d’un an. Pour elle non, aucune raison, c’est surtout quand on se sentira prêt. Elle me demande ce que j’ai eu comme prescriptions (acide folique, vitamines…) et me demande des nouvelles : comment je vais, comment je gère, si j’ai besoin d’un suivi… On se quitte sur un « courage » et « à bientôt ».

En rentrant, je fais part de tout ça à M. Koala, qui dit « ça se réfléchi ».

Le lendemain matin, réveil bisous et il me sort « tu crois qu’on aura un autre bébé ici avec nous? »
Ben comment te dire que ça va dépendre un peu de toi ^^
Je lui dis qu’il ne faut pas dire des choses comme ça s’il ne sait pas ce qu’il veut, car pour moi c’est dur.

Comme d’habitude, pendant la première semaine de vacances, je pars avec TiChou dans la famille dans le sud est, près d’Aix-en-Provence. M. Koala se retrouve donc seul (et profite ^^) et va prendre ce temps pour réfléchir…

A suivre 😉

2

Cette douleur…

Cette douleur… que je connais déjà, qui commençait à peine à se « soigner » mais avec une plaie toujours ouverte tentant de se refermer. Elle s’est ouverte à nouveau, plus grande. Et même en le vivant différemment, c’est la même souffrance après.

Pour Gabriel, l’attente des résultats avait été plus douce, contrairement à Elaïa où elle était insupportable, parce qu’on connaissait l’issue.
Pour Gabriel, la naissance avait été stressante et dure, alors que pour Elaïa elle était plus douce.

C’est l’après qui est identique. La souffrance, le manque…

Et pourtant, j’avais essayé de me protéger, avec un premier trimestre presque détaché, en ne m’investissant pas dans cette grossesse, par crainte. En prenant du recul au maximum. J’avais rien acheté pour le bébé, ou presque, uniquement un petit sarouel tissu arc-en-ciel, qui allait bien à ce bébé espoir. Et c’est pendant que je cherchais le petit bonnet assorti que tout à basculé. Me retournant ainsi à la réalité. Comme quoi, rien n’est acquis ni gagné 😦

C’est peut être parce que j’ai voulu me protéger, que je n’ai pas bien réalisé. Les résultats ont atterris comme une bombe et même si je savais ce qui allait se passer, j’ai eu beaucoup de mal à y croire, à l’accepter. Ce n’était pas possible, pas mon bébé espoir…

Il a bien fallu que je me rende à l’évidence. J’ai dû préparer sa venue, comme pour Gabriel, avec à l’idée d’essayer de faire ce que je n’avait pas pu/pas oser faire avec lui.

C’est le retour à la maison le plus dur. Encore une fois, les bras vides, le cœur lourd, sans bébé 😦
Avec un TiChou qui commence à comprendre un peu plus et demande si le bébé va revenir… « Et non mon cœur, c’est pour ça que je suis triste, le bébé est parti au ciel, il ne reviendra pas. Nous avons 2 bébés au ciel ».

Ce sentiment d’injustice, pourquoi encore? Pourquoi ne pas avoir un bébé espoir. Juste un. La vie s’acharne, on ne comprend pas.

L’espoir s’en est allé…

4

(Enfin) ces p**** de résultats

Ce week-end avait un peu mis en pause, vu que, tout était fermé, pas le choix que de patienter.
Mais la veille, le stress revient. On a mal dormi et TiChou a eu une nuit agité à faire de mauvais rêves.

Depuis tout ce temps, toute cette semaine, j’ai positivé. Franchement, 2 fois c’est pas possible, il doit y avoir une autre explication. Confiante donc, angoissée mais hâte de savoir, d’être libérée.

Ce matin aucune nouvelle et je n’ai pas réussi à avoir la gentille dame de l’hôpital, je suis tombée sur un monsieur et au bloc :/
Au labo, la secrétaire pas habilité à donner les résultats me dit qu’ils ont été envoyé ce matin à l’hôpital et que, au pire, si je n’avais rien, je pourrais rappeler vers 14h30, moment vers lequel le médecin (en génétique) aurait terminé ses consultations et serait présent. Bon…

14h30, n’ayant aucune nouvelle je rappelle le laboratoire, le médecin n’est toujours pas revenu. Je joint l’accueil du dépistage anté natal et la secrétaire me dit que le professeur va bientôt m’appeler.

Effectivement, dans la demie-heure, je reçois un appel, c’est le professeur.
Il me dit donc qu’il a reçu les résultats ce jour et « il y a bien une récidive de trisomie 21 ».
Et là, ma réponse « oh non c’est pas possible »… Si y a bien un truc auquel je ne m’attendais pas c’est bien ça… Non c’est pas possible quoi, je suis sûrement en train de faire un mauvais rêve. Je comprends pas… Lui ne sait pas trop quoi répondre, regarde les analyses de mon ange et me redit la cause accidentelle. « Oui mais 2 fois, c’est pas accidentel si? ». D’après lui, ça peut très bien être de nouveau accidentel, comme la première fois. Pour savoir si c’est également une trisomie libre et homogène, il faudra attendre le caryotype. Il me parle de consultation en génétique si je le souhaite. Ben bien sûr, je VEUX savoir. Il me donne donc des coordonnées que je note.
Il n’a pas pu me donner le sexe, ce n’était pas mentionné sur les résultats, et après avoir rappelé le labo, apparemment ils n’ont pas pu voir car cela n’a pas « poussé ».

J’ai eu la sage femme qui me suit pour les échos, désolée pour moi. Je lui dis également que je ne comprends pas, elle non plus. Je lui parle du dossier pour la commission. On va le faire, pour avoir l’accord et prendre le temps pour le reste. Je lui parle du sexe du bébé, que je ne connais pas. J’aimerai le savoir avant, pour lui chercher un prénom. Elle me propose une écho pour regarder. Demain donc, j’ai rdv avec elle pour tout ça.
J’ai pas encore eu la sage femme qui me suit… (enfin les). Je ne l’ai pas encore contacté mais AF a été prévenu par la sage femme qui me fait les échos.

J’ai contacté mon médecin traitant pour un arrêt.

Tout ce que je ne voulais pas, c’est revivre tout ça… et c’est là. Pourquoi? Je comprends pas. Je suis en mode zombie, je subi.
je n’ai que ces mots, pourquoi, je ne comprends pas…
L’accident, la faute à pas de chance…je ne veux plus l’entendre.
2 anges, pourquoi? Tout ne pouvait pas bien se passer? On ne pouvait pas ramener bébé à la maison? On est ENCORE touché. Quand je pense à tout ce qui nous attend, un bébé une nouvelle fois à lui porter des fleurs au jardin du souvenir, ça m’écœure, quelle vie de merde… Moi qui croyait « qu’on avait déjà donné », qu’on pouvait avoir de l’espoir, du bonheur. Le sort s’acharne ENCORE sur nous.

Là du coup je me dis qu’il y a peut être un problème, et si au contraire, on avait eu de la chance pour TiChou? que l’un de nous a une anomalie? que je fabrique des ovules porteurs d’anomalie?
C’est pas possible, y a un truc!
Demain j’appelle pour avoir une consultation en génétique.

L’aventure bébé s’arrête là… il nous faut des réponses, après on verra.

Quand je pense qu’il va falloir que j’annonce tout ça à TiChou, qu’il ne deviendra pas grand-frère comme prévu… 😦

Pourquoi a-t-il fallu que ce bébé est aussi un chromosome en plus 😦
Il bouge, j’en ai mal au coeur. J’en peux plus sérieux.
Il devait être mon bébé espoir, il devient mon ange 😦
Mon 2ème ange…

J’ai envie de me réveiller de ce cauchemar…

0

Premiers rdv

Lundi soir premier rdv avec ma sage femme. Je me demandais si elle allait me recevoir dans son bureau ou si, comme une fois pour mon ange, dans le cabinet d’un gynéco absent et me faire voir bébé.
J’arrive donc à la maternité. Celle où j’ai eu TiChou et celle où j’ai laissé mon ange. Je passe dans le couloir et repasse devant LA chambre. Celle en début de couloir, isolée, où l’on accueille les mamans pour les IVG, IMG… Celle où j’ai été, celle où je sais sa fonction maintenant. dans le couloir, des familles, une maman sur un brancard, des bébés qu’on entend pleurer.
Je vais jusqu’au bureau des sages femmes et je demande où reçoit A. F. La sage femme se retourne. Je la reconnait très bien, elle était (avec une autre) à mon accouchement. Elle me répond qu’elle reçoit dans le bureau, que je peux patienter dans la salle d’attente, mais qu’elle aura du retard car sur un accouchement.
Je me retrouve dans la salle d’attente, seule. Je regarde autour de moi et je repense… Tout resurgi et je pleure. Je me dis à moi même qu’il faut que je me reprenne, si quelqu’un entre je ne saurai expliquer. Je sèche mes larmes. Ma sage femme arrive, s’excuse, et m’explique. Elle surveille un bébé, elle arrive dès que possible. Je suppose qu’elle n’a rien vu. Et puis ça reprend, j’ai vraiment du mal. J’arrive à stopper, souffle un bon coup, puis elle revient. On s’installe dans son bureau. Elle commence à remplir le dossier. On parle DPNI et je lui explique la prise en charge au CHU. On parle dates pour les échos. Je prends sur moi, je me retiens, et je craque. A quel moment je sais plus. Elle me regarde et me dit qu’elle attendait ça, que c’était normal, le contraire ne l’aurait pas été. Elle me dit qu’avec ce qui m’est arrivé, je sais qu’une grossesse peut ne pas se passer comme prévu. Qu’on ne peut pas savoir à l’avance. Que pour la trisomie, c’était pas génétique, et qu’il n’y a pas de raison pour que ça se reproduise, sans garantir non plus, comme le reste. Non elle ne peut pas m’assurer que j’aurai bébé dans mes bras, ce qu’elle espère, et je le sais.
Je lui dis mes peurs, mes craintes et la difficulté à m’investir dans cette grossesse. Elle me dit que c’est normal et que pour être déjà « rassurée » qu’il y ait bien un bébé, que se soit pas un oeuf clair, que la grossesse évolue, m’encourage à demander lors du rdv pour l’écho de datation, une écho rapidement pour un contrôle. Je réponds que oui, ça m’aiderait. Et je rentre.
A la maison, je retiens mes larmes, mais le soir au coucher, je peux plus. Je suis câlinée par mon homme qui me demande si je suis enrhumée (non), si je pleure (je réponds que non) et qui pense que c’est parce que j’ai pleuré avant (j’arrive à être discrète). J’ai du mal à m’endormir et quand ça sera le cas ça sera en pleurant.

Dès le lendemain j’appelle la sage femme échographiste. Je remarque que depuis, elle a un secrétariat. Quand j’arrive à avoir quelqu’un je lui explique pour le rdv et dit qu’au vu de mes antécédents j’aimerai un rdv plus tôt également pour être rassurée si présence ou pas de bébé, et elle me dit que la sage femme est absente jusqu’à jeudi mais qu’elle va lui parler pour lui poser la question. En fin de journée je découvre un message et rappelle. J’ai une nouvelle secrétaire qui me lit le message. Apparemment, la précédente n’a pas compris ou su expliquer, la réponse de la sage femme est qu’à ce stade on ne verra pas la trisomie. Ben oui, je sais, pour ma précédente grossesse on avait pas vu à celle du premier trimestre… Je répète donc que c’est juste pour voir si y a bien une grossesse en fait. Sauf que l’agenda est blindé et que le seul rdv qu’elle peut me proposer c’est le 30 au matin, pendant mes horaires de boulot… Je décline, pas le choix et dit que je vais me débrouiller autrement. En rentrant j’envoi un SMS à ma sage femme en lui expliquant la situation et je lui demande si elle a un plan B. Elle me répond le lendemain. Le gynéco qui m’avait suivi pour l’IMG ouvre exceptionnellement des créneaux de rdv ce samedi matin. J’appelle donc le secrétariat, qui est au courant et me fixe un rdv. Je suis soulagée.

Le reste de la semaine j’attends, c’est long.

Ce matin (enfin), je vais au rdv. Le gynéco me demande comment je vais et je lui dit pourquoi je suis là. Il est tout jouasse et me propose direct l’écho (ne traînons pas qu’il dit ^^). C’est quand même tôt et donc on ne voit pas distinctement un bébé, mais on voit très bien une forme (haricot ^^) avec le petit coeur qui clignote 🙂
Il y a donc bien un bébé qui va bien.

Je suis soulagée mais reste sur la réserve. Prochaine étape, l’écho de datation le 14/12. Ca va être long… J’aurai pu la faire une semaine plus tôt, mais bien sûr, agenda blindé au cabinet :/

Cette semaine, j’ai lu à TiChou le livre « Léa n’est pas là » qu’on peut trouver en téléchargement ou en commande sur le site de l’association Petite Emilie. Je n’avait pas eu la force de lui lire avant. Il en a parlé pendant donc je pense qu’il comprend bien. J’en ai profité pour lui dire que notre petit ange, était au ciel, qu’il n’était pas là et que si bébé dans le bidou, ça ne serait pas lui mais un autre bébé (en gros hein) et qu’on espérait très fort que ce dernier ne serait pas malade, qu’on puisse l’accueillir. Le but étant qu’il fasse  la différence entre les 2.
J’ai suggéré qu’on demande un petit bébé dans mon bidou pour Noël, mais TiChou a de suite répondu que lui voulait un vélo à pédales ^^. J’ai répondu oui bien sûr que lui pouvait demander un vélo et moi le bébé, ce à quoi il m’a répété que lui voulait le vélo (très important) et ok pour maman le bébé (ouf).

Je me suis beaucoup posé la question de quand lui dire. Ma première idée était au premier trimestre, car c’est long déjà l’attente d’un bébé. Sachant que de toute façon, on peut apprendre une mauvaise nouvelle après, mais avant aussi. Si cela ne devait pas bien se passer, de toute façon il le ressentirai. Pas de tabou ici de toute façon et je ne peut rien lui cacher, il voit très bien quand je suis triste. Alors, je lui ai montré la photo de l’écho. Au début tout content il me dit que c’était lui quand il était dans mon bidou. Je lui réponds que non, j’en ai de lui, que je peux lui montrer s’il le souhaite, mais que celle-ci date d’aujourd’hui, que c’est un bébé (mais pas lui). Hum…il a pas été ravi au départ. Et puis je lui ai parlé, j’ai sorti le livre « Les p’tits docs : le bébé » ça a l’air de bien passer (en tout cas il m’a redemandé le livre en histoire du soir). Je lui ai proposé qu’à chaque fois que j’aurai des photos du bébé, je lui montrerai. Ma foi il voulait bien donc bon, à voir. Je pense que ça sera un « travail d’acceptation » à faire et , si tout va bien, on aura du temps pour le faire 🙂

A suivre…

0

Après la DPA

J’ai beaucoup redouté cette date, et pour cause…
Pourtant, elle est uniquement symbolique, je le sais bien, TiChou était prévu pour un 25 septembre et est arrivé un 1er septembre. Mais, voilà, cette date symbolique, c’est celle à laquelle mon ange aurait dû être là.

Le soin énergétique que j’avais fait m’a beaucoup aidé. Dans le lâché prise, laisser mon ange partir mais j’avais encore du travail sur moi même.

Ca commence par l’arrivée du 9ème mois, rappelé gentiment par un mail de Philipps Avent (je ne me suis pas inscrite chez eux mais ils ont eu mes données sûrement). : « vous êtes dans votre neuvième mois… » Je le savais, mais le lire…

Et donc ce dernier mois, a été difficile, triste dans ma tête. Même mon corps, comme programmé s’en souviens. En vacances, je ne fais pas attention aux dates. Une journée, je pleurais facilement, « sans raison », le soir j’ai éclaté en sanglot, trop dur quoi. Le lendemain je regarde la date. On était le 26 août. 5 mois pile que j’avais accouché. J’avais pas fais attention que c’était ce jour là, mais mon corps lui oui…dingue quand même.

Puis le jour J, grosse pensée pour lui, avec tristesse.
Ce jour là, on a pas mal discuté avec M. Koala, le soir surtout, longtemps. Je pensais être la seule à souffrir autant. Mais en fait, lui aussi souffre. On en parle pas forcément souvent, je n’ose pas, je me renferme et lui, il veut être « fort ». Ben quelque part, ça m’a fait « plaisir », dans le sens où, non je n’étais pas seule. On est d’accord sur le fait qu’on doit avancer ensemble, avoir des projets et s’y mobiliser. Pas facile mais il le faut.
En tout cas, M. Koala a bien assuré, pour plein de choses. Je ne sais pas comment j’aurai fait sans son implication et soutien. C’est tellement important. Cet amour aide à se relever.

J’ai 2 difficultés. La première, j’ai pris du poids. Comme si j’avais continué ma grossesse (peut être), le joli bidou en moins (c’est pour dire). Je ne sais pas si les hormones y ont joué, mais en tout cas j’avoue que j’ai pas trop fait attention à ce que j’ai mangé :/ A tel point que je ne m’aime pas comme ça. J’aimerai perdre du poids, mais…ça me semble difficile. Faudrait déjà que je me bouge plus…
La deuxième c’est que je me suis beaucoup renfermée, dans ma bulle, que je m’isole…sur mon PC. Je passe énormément de temps sur Facebook et sur le net en général à chercher moult choses. Alors que souvent je pourrais utiliser mon temps autrement, mais j’ai du mal à décrocher. Bref…

Et dans ma tête? Bizarrement, passée cette date, je me sens différente dans mon deuil. J’ai toujours mal hein, mais quelque chose a changé. Je suis peut être plus « apaisée ». Peut être une étape de passée. La prochaine sera peut être l’anniverciel de mon ange.

Par contre, y en a un qui se fait attendre…c’est BB3. Peut être fallait-il que je termine la grossesse de mon ange? ou peut être que j’arrive à faire des bébés qu’en décembre et qu’il me faut encore patienter. C’est long…serrer un bébé (le mien) dans mes bras ça me ferait tellement envie… Je suis mitigée en étant blasée et plaine d’espoir en même temps.
Au boulot ! ^^

0

Ce qui était prévu…

J’aurai dû installer ton petit lit dans la chambre de ton grand frère (l’autre lit bébé étant toujours dans notre chambre), préparer ta venue.
Mon ventre aurait du être bien rond, la fin s’annonçant.
J’aurai écrit mon projet de naissance et eu les dernières consultations.
J’aurai déjà revendu toutes les affaires girly que j’ai acheté au cas où, fait du tri, ressorti les petites affaires (linge, petites couches lavables…).
Je serai en train de préparer ma valise pour la maternité et de t’attendre.

Mais non, tout ça n’arrivera pas.
J’ai des vacances, agréables, mais différentes.
Le ventre vide je regarde ceux des autres. Je grogne à l’intérieur quand j’en entends se plaindre, comme si elles n’avaient pas le droit. J’apprends les futures naissances et grossesses en situant où moi j’en aurai été. Je les envie.

Comme tu as été conçu le même mois que ton grand frère, j’ai plein de rapprochements.
Je l’ai amené au feu d’artifice du 14 juillet (au pécaque comme il dit ^^), lui dans mon dos en Tula toddler (qui sert jamais mais là je le voulais près de moi vu la foule). C’était pas son premier à TiChou et je me suis souvenue, qu’il y a 3 ans, j’avais TiChou dans mon bidou et je regardais le feu d’artifice à Aix-en-Provence. Et là, j’ai pensé à toi, toi aussi tu aurai dû être là, dans mon bidou, pendant ce moment. Tout me fait penser à toi ❤

J’arrive à tenir, j’avance tout en pensant à toi, mais des fois, les larmes reviennent, sans prévenir. Hier soir et ce jour c’est plus difficile. Je sais pas pourquoi. J’ai mal et je dis rien, je me cache, j’encaisse.

4 mois que tu es parti, que c’est douloureux. On approche de la DPA et c’est pas facile. J’aurai espéré qu’un petit bébé espoir arrive d’ici là, pensant que ça sera « moins dur » mais pour l’instant RAS 😦

TiChou grandit, fini les couches (je t’en parlerai dans un autre post), que je range, alors que je n’aurai pas dû. Ça m’a foutu un coup ça, mon grand garçon. Tellement fière de lui et en même temps mon mal de bébé qui ressort.

Mon espoir est grand, je me dis qu’on aura aussi notre petit bébé espoir. On racontera ton histoire. Car ma crainte, c’est que tu sois oublié, car peu de gens t’ont vu. Dur de faire comprendre que oui tu as existé et tu compte. Ta place est importante ❤
Ce petit bébé espoir, notre arc-en-ciel, ton petit frère ou ta petite sœur, qui viendra nous apporter son amour. On l’attend avec impatience. J’espère en bonne santé. J’ai confiance car tu veilles sur nous ❤

Il y a ce qu’on avait prévu, et il y a ce que la vie a prévu pour nous…
Et toi tu es loin mais tu es dans nos cœurs.