1

Les caryotypes

Après les résultats qui avaient confirmé la T21, nous avons fait avec M. Koala, chacun une prise de sang pour analyser nos caryotypes.
Dans l’attente des résultats, je dormais mal. J’imaginais tout et n’importe quoi. Quelque chose d’équilibré chez l’un de nous, et que TiChou serait porteur et pourrait vivre la même chose que nous. Ça me rendait malade… Ou une faible mosaïque chez l’un de nous. Et mes pieds avec gros orteils en « sandales », chose que l’ont peut trouver chez une personne atteinte de T21, me faisait penser que ça pouvait être moi… (pas tous ont cette spécificité). M. Koala lui attendait simplement. Il disait avoir vécu durement l’attente des résultats du bébé, beaucoup plus que ceux là, ou juste il attendait.

Mais moi, si j’étais anxieuse, c’est que je savais aussi que ça pourrait déterminer l’avenir d’un éventuel bébé en bonne santé par la suite, d’un bébé tout court même…

Car, nous avons peur tous les deux que ça recommence. Rien ne pouvait présager une récidive, c’est très rare on nous a dit. Mais voilà, c’est arrivé. Qui nous dit que cela n’arriverait pas encore? On dit jamais 2 sans 3 hein. On m’a dit aussi que la troisième fois c’est la bonne :/

J’ai peur, mais d’un autre côté, ce qui pèse beaucoup dans la balance, c’est que j’ai tellement envie (et besoin) de vivre une grossesse normale (jusqu’au bout) et de ramener un bébé en bonne santé à la maison…
Alors que M. Koala, très refroidi, dit qu’il a besoin d’y réfléchir. Il se peut qu’on arrête là.
Et là c’est dur, si on est pas d’accord (à ce moment là rien n’est fait, on attend les résultats mais on en parle). Si jamais moi je veux et pas lui. Ça deviendrait compliqué. Ça voudrait dire que je devrai mettre de côté ce désir profond et l’oublier 😦
Je lui dis alors que ça serait à lui de gérer une contraception (après tout hein) et que s’il ne veut plus du tout d’enfant, il peut songer aussi à une vasectomie.
A ce moment, il ne voit pas aussi loin et dit qu’il faut réfléchir.

Nous avons eu les résultats la semaine dernière. Y a rien. Les analyses sont normales.
Alors, du coup, d’un côté, je suis soulagée car je me dis que TiChou n’a rien non plus.
Mais, on ne sait toujours pas pourquoi finalement. On se dit qu’on va attendre celui du bébé.

Presque une semaine passe encore puisque je n’ai eu les résultats qu’hier.
La trisomie est encore libre et homogène.

J’ai pu avoir le généticien.
Pour lui, c’est très rare, 2 fois « pas de chance », ça ne s’explique pas vraiment.
La translocation est écartée et le seule possibilité, très rare, serait éventuellement une T21 en mosaïque germinale (c’est-à-dire, une cellule avec 3 chromosomes 21 qui serait présente à l’endroit de la production de spermatozoïdes ou d’ovules) mais bon peu probable et surtout même avec ça un pourcentage faible pour lui pas trop possible.
Je demande s’il est possible d’analyser nos ovules (nécessité d’une stimulation du coup) et nos spermatozoïdes. Mais pour lui ça ne donnerai pas forcément d’indications intéressantes. Il m’explique que pour les spermatozoïdes il existe des aberrations qui nous ferait « peur » alors que ça arrive souvent et ne donne rien et que pour moi ça serait lourd (ponction…) et ne donnerai rien spécialement non plus. C’est pas quelque chose qui se fait trop.
Alors du coup comment savoir que cela ne se reproduira pas?
Il me dit qu’une récidive est très rare, mais que ça arrive, qu’en tout cas trois fois il n’a jamais vu.
Pour lui, (ce sont ses mots) ce serait dommage de se priver d’une grossesse vu les risques par rapport au bénéfice. Que c’est dur ce qui nous est arrivé mais qu’il n’y ait pas de raison que la prochaine fois ça ne se passe pas bien (moué).
Il me conseille pour une éventuelle prochaine grossesse. Bon déjà il faut attendre de passer le premier trimestre, dans tous les cas. Faire l’écho du premier trimestre avec prise de la clarté nuccale. Pour lui, le tri-test ne sera pas utile et me dit de venir faire directement un DPNI entre la 13ème et la 14ème semaine. Les analyses seront passées en urgence (10 jours normalement). On pourra se revoir à se moment là.
Voilà, faut faire avec ça…

J’ai eu derrière la sage femme qui m’a fait les échos, vu qu’elle souhaitait être tenue au courant des résultats (elle est en commission et notre cas est suivi là bas). Je lui ai transmis ce qu’il m’avait dit. Pour le tri-test, elle, elle préfère quand même que se soit fait car ça peut donner d’autres indications, soit. Elle me dit que oui, faut retenter, ça serait dommage. Je demande si, par rapport à mon corps il faut attendre ou pas, vu que, quand même, j’ai eu 2 moitiés de grossesse en moins d’un an. Pour elle non, aucune raison, c’est surtout quand on se sentira prêt. Elle me demande ce que j’ai eu comme prescriptions (acide folique, vitamines…) et me demande des nouvelles : comment je vais, comment je gère, si j’ai besoin d’un suivi… On se quitte sur un « courage » et « à bientôt ».

En rentrant, je fais part de tout ça à M. Koala, qui dit « ça se réfléchi ».

Le lendemain matin, réveil bisous et il me sort « tu crois qu’on aura un autre bébé ici avec nous? »
Ben comment te dire que ça va dépendre un peu de toi ^^
Je lui dis qu’il ne faut pas dire des choses comme ça s’il ne sait pas ce qu’il veut, car pour moi c’est dur.

Comme d’habitude, pendant la première semaine de vacances, je pars avec TiChou dans la famille dans le sud est, près d’Aix-en-Provence. M. Koala se retrouve donc seul (et profite ^^) et va prendre ce temps pour réfléchir…

A suivre 😉

Publicités
0

La suite et génétique

Mardi, je suis allée chez la sage femme qui me fait les échos.
On parle de ce que m’a dit le professeur V. de l’hôpital et je dis qu’il m’a donné les coordonnées du généticien du laboratoire (qui a fait mes analyses et celle de mon ange) mais je n’étais pas encore arrivé à le joindre. Elle a son tel perso, elle l’appelle. J’ai un rdv pour le soir même. Pour le coup c’est efficace.
J’ai rdv chez le gynéco vendredi.
Comme promis elle me propose une écho viteuf pour voir le sexe. Elle me dit qu’à ce terme c’est pas évident. Le bourgeon est toujours bas donc à priori c’est une fille.
On rempli les papiers pour l’IMG et me dit que je passerai le soir même.
Elle me demande si elle peut faire quelque chose pour moi. Je réponds « rien merci » même si j’aurai envie qu’elle me sorte de ce cauchemar. Elle est désolée pour moi, mais voilà…

Cet après-midi là, je fais quelques courses et j’achète la même boîte à souvenirs que mon ange et j’achète 2 pelotes blanches pour le petit couffin. Pas envie mais machinalement je le fais.
Je contacte aussi l’assosciation A bras Cadabras pour le petit nid d’ange, blanc. Et aussi, l’atelier de Ticha (j’attends sa réponse) pour les doudous.

Le soir je me rend donc sur Toulouse voir le généticien. Il me dit que quand il a vu les résultats, il a regardé mon dossier, vu que c’était une récidive, il a tout épluché, comparé les tri-test (entre les 2 rien à voir, là c’était beaucoup mieux, hormones plus équilibrées, il n’aurait pas douté), re-vérifié lui même les résultats 10 fois. C’est sans appel, il a bien vu les 3 chromosomes 21 😦
Il me dit que c’est très rare. La première fois, cause accidentelle avec une T21 libre et homogène, il me dit que là ça sera sûrement la même.
Il m’explique plusieurs cause possibles rares et me demande si je veux faire nos caryotypes. Bien sûr que je veux ! On veut savoir! Comme il est tard (il m’a pris en plus après ses rdv), plus de préleveuse et je dois revenir le lendemain avec M. Koala pour faire nos prises de sang. Sur les documents il note URGENT et de faire plus de cellules que d’habitude. Résultats sous 15 jours. Il m’appelle dès qu’il a quelque chose.
Pour celui du bébé, il faudra compter au moins encore 15 jours.

J’ai ma sage femme (échos) au téléphone, je lui raconte mon rdv (et la remercie, c’est grâce à elle que j’ai pu en avoir un aussi rapidement). Elle me parle de la commission. C’est accepté bien sûr, mais personne ne comprend. Ils aimeraient être tenus au courant de la suite sur nos caryotypes…
En fait, personne comprend quoi 😦

Mercredi matin, on dépose TiChou à l’école et on va faire ces prise de sang.

J’essaye de chercher un prénom. Fille, mais aussi garçon, au cas où. Je n’y arrive pas. J’ai noté plusieurs choses (prénoms anges, en rapport avec le ciel, les étoiles, mixtes) mais rien ne me fait tilt. Je réalise tellement pas que j’arrive à rien.

J’aimerai tellement qu’on me dise qu’en fait c’est bon, me réveiller…

Quel cauchemar 😦

1

La biopsie du trophoblaste, un goût de déjà vu…

Lundi je me rends donc au CHU de Toulouse, au même service, diagnostic anténatal.

Je suis partie bien plus d’1h avant mais j’ai été bloquée… Les gilets jaunes bloquaient le péage. C’était long…J’avais peur qu’on me dise de revenir un autre jour 😦
J’appelle pour prévenir, ouf, je ne suis pas la seule, le personnel aussi. On me dit de ne pas m’inquiéter, que j’arrive tranquille.

J’arrive avec 1h de retard…
Il faut attendre d’être appelé, faire le dossier, puis la secrétaire m’amène à la salle d’attente juste avant le SAS du bloc.
J’attends…c’est long.
On vient me chercher et on m’amène dans une cabine. Il faut se déshabiller (sauf le soutif), mettre charlotte, sur-chaussures, blouse ouverte devant. J’attends et on revient me chercher.
Revenir dans cette salle…quelle angoisse.
Il y a le même personnel que la première fois, avec en plus, une interne sage-femme et une interne gynécologue. Cette dernière me parle de mon ange, je me mets à pleurer, elle s’excuse 😦
On me dit que le professeur (le même) va arriver. Pendant ce temps l’interne en gynéco regarde à l’écho. Et là, je me dis que j’espère que c’est lui qui va faire la ponction et pas elle… Attention, je sais qu’elle doit apprendre itou hein, mais…c’est stressant et douloureux donc bon, pas trop envie quoi.
Manque de bol, elle fait le geste et il assiste.
je dis manque de bol car ce que je craignais arrive… Une fois son prélèvement fait, tous regardent et « pas de matériel »… et là c’est plus fort que moi je dis « oh non » et on m’annonce qu’on va devoir recommencer. Là c’est lui qui le fait, je le sens passer. C’est trèèèèèès douloureux. J’avais pas ce souvenir 😦
M’enfin c’est efficace, y en a beaucoup cette fois-ci, ouf.
Les même phrases sont répétées… Et celle du professeur qui m’avait choquée « vous vous reposez aujourd’hui et dès demain vous pouvez reprendre vos activités normales », cette fois, ça m’a plus donné envie de soupirer. J’ai rien dis, mais sérieux, y a le physique mais y a aussi le psychique. Et je pense sincèrement qu’il est difficile de reprendre une vie normale après.
D’ailleurs, selon les CHU c’est différent. Y en a qui préconisent bien 2-3 jours de repos, d’autres qui vous font un arrêt. Pour la même opération, pas le même discours ni la même prise en charge selon où vous allez. Dingue quand même. C’est à se demander si on vit dans le même pays…
Mais cette fois, comme je savais, j’ai demandé à mon médecin traitant de m’arrêter une semaine. Au moins je peux me reposer et attendre les résultats du fish test.

Je pars.
Je l’ai pas vécu comme la première fois. Moralement je veux dire. Niveau douleur j’ai mal. Selon le mouvement, si je tousse où on me touche, j’ai l’impression de sentir encore l’aiguille en moi. C’est comme un hématome en interne, il ne se voit pas sur mon ventre, mais je le sens.

J’ai envie d’y croire, parce que JE VEUX (en fin j’aimerai) que tout aille bien.
Mais j’ai peur d’être trop confiante… On tombe toujours de haut quand on nous annonce une mauvaise nouvelle 😦
Je garde mon téléphone près de moi et j’attends…avec espoir et appréhension.

10

Premiers résultats

J’ai passé le reste de ma semaine et de mon week-end à garder espoir. J’en suis à 14 SA + 3.

Ce matin, j’ai même pensé, « zut, on a pas fait la déclaration de grossesse », et j’ai donc envoyé un sms à ma sage femme.

Elle me rappelle « vous n’avez pas eu mon message? »

« Non, désolé, je viens tout juste d’allumer mon téléphone »

Il est 11h passé, je m’étais reposée un peu.

Elle me dit qu’elle a reçu des premiers résultats (le fish test), qu’il faudrait qu’on se voit.

Et là de suite, je me dis que si c’était une bonne nouvelle, elle me l’aurait annoncé…

« Alors c’est pas bon? »

« Non, c’est pas bon, on a bien une trisomie de décelée, il faut qu’on en parle. J’avais un créneau à 11h mais là du coup je vous en propose un à 16h »

« ok »

Et là… ce n’est plus une suspicion, une évaluation statistique, c’est la réalité.

On tombe de très haut, tout s’écroule.

Je voulais tellement y croire… ça fait mal, très mal.

Avec M. Koala on est d’accord, on se sent pas capable de le garder. C’est très personnel comme choix. C’est NOTRE choix. Une décision de couple qui appartient au couple. Très difficile. Parce que c’est notre enfant, qu’on se projetait déjà… bref.

Je ne donnerai pas ici nos raisons. Si tu me lis et que tu es dans le même cas, tu dois réfléchir pour toi. Si jamais tu as besoin, on m’a parlé d’associations, tu peux aussi rencontrer des familles. C’est une décision à prendre sans influence.

On m’a donné le lien vers ce site, on y trouve des informations utiles.

On a attendu 16h et on y est allé. On a posé des questions sur le déroulement, sur l’après. On en a encore.

Elle nous dit que le professeur l’a appelé vendredi soir mais qu’elle ne voulait pas nous laisser avec la nouvelle tout le week-end et seuls, étant donné qu’elle n’aurait pas pu nous recevoir. On comprend.

Elle nous annonce donc que les analyses confirment une trisomie 21. On en avait déjà discuté un peu avant, selon les résultats, notre souhait, et elle nous redemande si c’est toujours le cas. Et elle nous explique comment ça va se passer.

On va devoir passer par un gynécologue. En entretien, puis, quand on le choisira, une date sera fixée pour la prise des comprimés pour déclencher « l’accouchement » et une autre pour l’hospitalisation. C’est sur l’après aussi qu’il faut se décider.

On peut lui choisir un prénom, le mettre sur le livret de famille, l’incinérer (jardin des souvenirs) ou récupérer le corps pour l’enterrer.

Ce sont pas des choses auxquelles on s’attend quand on est futurs parents et quand on y est confronté, c’est très dur. Et ça va vite.

On voudrait lui donner un prénom, le mettre sur le livret de famille. Il était là. Mais bon, faudrait savoir le sexe car à notre question la sage femme ne sait pas répondre. Elle s’excuse car elle n’a pas demandé. « On le saura avec le caryotype sinon ». Oui sauf que, je réponds « le caryotype on saura d’ici 2-3 semaines et que si l’IMG se déroule la semaine prochaine on voudrait savoir quel prénom lui donner ». Elle est confuse, elle a l’air touché aussi. Elle nous dit qu’elle appellera pour savoir.

Ensuite, on est allé cherché TiChou à la crèche. Le voir, sa joie, ses sourires, ses bisous, nous comble, ça fait du bien.

On a contacté notre famille très proche, pour leur annoncer.

Dans les bribes de conversations (pas les miennes) quand j’entends IVG, ou que untel ou autre a fait une fausse couche, ça m’agace. NON ce n’est pas une IVG ! C’est une IMG! Et ça n’a rien à voir avec une fausse couche! Mon bébé, je l’ai vu, lors de 5 échographies. Il bougeait, tout était normal, avec des battements du coeur normaux aussi. J’en suis à plus de 14 SA, je commence à avoir des sensations, tu sais, les « vagues » du début de grossesse, qui font que tu commences à sentir bébé. Mon bébé est vivant! On a dû faire un choix, difficile, et on va lui dire au-revoir… Pour moi ça n’a absolument rien à voir. Une fausse couche c’est très douloureux mais c’est un autre vécu. Bon désolé…. c’était mon « coup de gueule ».

Demain matin, je vais rappeler ma sage femme, pour voir pour un rdv avec un gynéco. On aura d’autres questions à lui poser. Des choses auxquelles on avait pas pensé ou d’autres à approfondir.

On est abattus. Même si on nous dit que ce n’est pas de notre faute, c’est de la faute à pas de chance. J’ai toujours cette question : pourquoi?

2

Le jour de la ponction

Ce matin, je me suis réveillée, avec la boule au ventre, que je me suis traînée longtemps…

Je suis partie seule. J’avais dis à M. Koala de ne pas venir, mais plutôt de s’occuper tranquillement de TiChou, pour ne pas changer ses habitudes. De toute façon, lors du prélèvement, il n’a pas le droit de m’accompagner :/

Arrivée au CHU, je me dirige dans le bâtiment maternité… et à l’accueil. Je patiente, et la secrétaire complète mon dossier avec les informations que je lui donne : carte d’identité, carte vitale, carte de mutuelle, carte de groupe sanguin. Dans mon dossier, il y a déjà la dernière écho et les résultats de la prise de sang.

Elle me fait patienter et me dit qu’ensuite elle m’accompagnera « là bas ». Je me renseigne pour un arrêt de travail, elle me dit qu’il faudra que je demande au professeur.

L’attente est longue, dans un couloir avec des chaises dures qui font mal au c** et plein de monde (y en a qui viennent pour des consultations, échographies….). Je me retiens de pleurer, j’ai toujours la boule au ventre, j’essaye de penser à autre chose.

Au bout d’un moment, elle vient me chercher pour m’accompagner. Je me retrouve dans un autre couloir, beaucoup plus petit, beaucoup moins lumineux, une double porte près de moi et assise à côté d’un monsieur qui sûrement attend sa femme. D’ailleurs je l’entends à un moment donné, faisant une apparition, je l’ai juste entendu parler de la super culotte qu’on doit porter.

J’attends encore… Puis, une dame, très gentille et très douce vient me chercher. Je passe la double porte et me retrouve dans une toute petite pièce avec un lavabo, dessous des rangements, un fauteuil comme dans les chambres d’hôpital et du jetable pour s’habiller. Elle me donne des sur-chaussures, une blouse, la super culotte (mon gros cul y dépasse, trop glam) et une charlotte. Je dois enlever quasi tout. Je peux garder mon soutif, mes bijoux. Elle me met un bracelet d’identification. Je lui demande à faire pipi et elle m’indique les wc. Je reviens dans mon « placard », me change et attend… c’est long… j’entends très légèrement à côté, je suppose que la femme du monsieur y est en ce moment. Je pleure, c’est dur. Comme c’est un peu long j’ai le temps de sécher mes larmes, souffler, me vider la tête…

Au bout d’un moment, la dame revient me chercher et on passe une autre double porte. La pièce ressemble à un bloc opératoire (sauf que là ça sert qu’à ça). Y a un genre de brancard, un appareil à écho, des tables tout autour, un chariot, une armoire… Sur le brancard recouvert de linge stérile, on devine comme des oreillers, au niveau des jambes et de la tête. Dans la pièce, il y a une autre dame très discrète et une interne.

L’interne me demande si on m’a bien expliqué et m’explique, puis, me demande de signer un consentement pour l’acte (que je peux refuser). Elle m’invite à m’allonger et me demande si ça va, je pleure (super…). Elle me rassure, me dit que j’ai le droit, que je dois pas me retenir, que c’est normal. Elle me demande si je suis inquiète pour l’intervention et les résultats, je hoche la tête. Elle me répond « ne vous inquiétez pas, tout va bien se passer ». « Vous vous reposez aujourd’hui et demain vous pouvez reprendre le travail ». (merde c’est pas ce que j’ai prévu :/ )

On me laisse le choix d’avoir les bras le long du corps ou croisés sur la poitrine, il ne faudra plus bouger ensuite. Je préfère le long du corps, je trouve ça plus détendu.

On est rejoint par une dame forte, très douce et très gentille aussi.

L’interne commence par une écho, pour voir bébé et là où on peut prélever. Elle me montre bébé, son coeur. On voit sa main, elle me dit « il fait coucou » et sourit. Elle me dit que tout va bien. Elle farfouille ensuite pour avoir des infos sur le prélèvement et discute avec la dame forte.

S’en suit une préparation importante, on dirait de la dinette. Sur le chariot, des petits bols en inox, des pipettes, des seringues… On m’explique que le plus long c’est la préparation.

La dame très discrète, me passe des compresses sur le ventre. Les premières sont mouillées d’un liquide transparent, les autres de bétadine. Je la regarde et ne remarque pas que les 2 autres dames reviennent plus « habillées ». Elles me disent qu’elles ont appelée le professeur.

L’interne me colle les champs stériles tout autour du ventre. Tant mieux, du coup j’ai pas froid. On ne voit plus que mon ventre. Ensuite, à l’aide d’une pince, elle m’applique encore de la bétadine. On me dit que le professeur arrive. Même la sonde échographique est emballée.

Le professeur arrive. Il vient à moi, me dit bonjour et me serre la main. Il me demande si je sais ce qui va se passer, si je sais ce que c’est une biopsie du trophoblaste, je dis oui mais m’explique quand même l’intervention (c’est pas plus mal remarque). Il me dit que je vais avoir une première piqûre, un anesthésiant, comme chez le dentiste en quelque sorte, que ça fait pas mal, qu’on sent surtout comme une sorte de brûlure. Puis, l’aiguille pour le prélèvement. Je devrai sentir comme des douleurs de règles.

Il refait une écho et cherche le point de prélèvement. L’interne lui fait part de ses impressions. Il décide de l’endroit et me dit à chaque fois ce qu’il va faire. je trouve que ça pique quand même mais sinon ça va. La ponction est désagréable parce qu’il bouge (va et viens) pour le prélèvement. Effectivement ça fait comme des douleurs de règles (qu’on garde pendant encore quelque temps après). Pendant qu’il fait ça, l’interne tient la sonde échographique. Je regarde pas ce qu’il fait, j’ai mes yeux qui restent figés sur l’écran, j’ai tellement peur qu’il touche à mon bébé, et je veux voir s’il va bien.

Une fois le prélèvement terminé, il vide la seringue dans un gros tube avec la dame forte, pendant ce temps l’interne tient toujours la sonde échographique. Le liquide est rose. On me montre ce que contient le tube : des filaments dans le liquide. On m’explique que c’est ça qui va servir à voir les chromosomes et établir le caryotype du bébé.

Il reprend la sonde échographique et fait un rapide contrôle : bébé bouge et son coeur bât bien, tout va bien.

Il me parle des résultats. Ca prend 1 mois… Pfffiou je pensais moins, dans le livret y avait écrit 2-3 semaines 😦

Peut être qu’il m’annonce le max exprès…

Il ne faut pas que j’appelle, dès qu’il a quelque chose, il m’appelle. Il me dit qu’il y aura des résultats intermédiaires avant et qu’il me tient au courant de suite quand ça arrive.

Il me demande si j’ai d’autres questions. Je lui dis que non et demande s’il est possible d’avoir un arrêt de travail (parce que le moral voilà quoi). Il me répond qu’il ne fait pas ça mais que pour aujourd’hui je peux avoir une attestation de présence qu’il faut demander à la secrétaire qui a monté mon dossier.

Il part. On m’enlève tout, me nettoie un peu et j’ai droit à un pansement. On m’invite à descendre et on me raccompagne dans mon « placard ». Je me déshabille et profite qu’il y ait un lavabo, du papier et du savon pour m’enlever le restant de bétadine. je m’habille, et quitte ce lieu, passe la double porte.

Je retourne voir la secrétaire. Elle me fait m’attestation et me la tend, je la remercie et part. Je lis le document, y a écrit en gros « diagnostic prénatal ». Mais non quoi pfff je donne pas ça à mon employeur ! J’ai pas envie qu’à mon taff on sache ce que je suis allée faire !

De toute façon, moralement c’est sûr, je ne me vois pas reprendre le boulot demain comme ça. Faudrait qu’ils y pensent à ça quand même! Oui, physiquement ça va, mais le reste ça compte aussi! J’ai franchement besoin de souffler, digérer tout ça, tout est allé tellement vite. Lundi soir le coup de fil de ma sage femme avec le résultat pourri de la prise de sang qui tombe, mardi matin elle me donne le rdv (hier quoi), ce matin la ponction. C’est dur quoi!

Je prends la décision d’appeler mon médecin traitant, pour avoir un arrêt, j’ai un rdv pour 17h. C’est le remplaçant mais pas grave.

J’appelle M. Koala, lui donne des nouvelles, je pleure (oui encore :/ ) la pression qui redescend sans doute. Il me demande si bébé va bien. J’ai la flemme de faire à manger, en rentrant je m’arrêterai au drive du mac gros.

Après manger, j’appelle ma sage-femme, elle m’avait dit de la tenir au courant. Je lui raconte, je dis que je flippe d’un éventuel écoulement. Elle me rassure. Elle me propose de m’arrêter un peu, je lui dis que j’ai rdv chez le médecin pour ça. On se voit demain, on parlera de tout ça.

Je me repose et je vais chez le doc. Je lui explique tout, je pleure (ben oué encore). En passant, c’est un jeune homme très charmant. Il est très compréhensif et me fait un arrêt jusqu’au 16 inclus (10 jours donc). Il me pose des questions et me dit que si jamais j’ai besoin de plus, que si je reçois un résultat pas bon et que j’en veux un nouveau… que surtout je n’hésite pas à revenir, que c’est normal. Chouette quand même.

Je rentre à la maison, j’embrasse TiChou, je m’occupe de lui, on reprend nos vies.

Une fois que je l’ai couché, je vais à la salle de bain. Au départ, je voulais prendre une douche et finalement je décide d’une toilette avec le ventre itou. J’enlève mon pansement. Y a une tâche dessus. Sur mon ventre, on voit l’endroit du prélèvement, par un point rouge. Je descends et le montre à M. Koala. C’est ma « blessure de guerre ».

Sur le consentement je lis « caryotype » et « fish ». Voilà ce qu’on va faire de mon prélèvement.

Là je t’écris…

J’espère de tout mon coeur que ça se passera bien, que bébé sera en bonne santé, en pleine forme… mais une partie de moi a peur, tremble, j’ai moins la boule au ventre mais y a encore quelque chose de présent. En tout cas, ça marque…

Maintenant va falloir attendre….