2

Fini les couches pour TiChou !

TiChou va avoir 3 ans le 1er septembre et va faire sa première rentrée… déjà OMG que s’est passé vite. Et pour aller à l’école il ne faut plus de couches.

Vers 18-20 mois, pour que ça fasse parti de la maison, j’avais acheté 2 pots Ikea basique et 2 urinoirs (maison à étage). Les urinoirs ne servent pas finalement ou une fois ou 2 à la douche.

lilla-pot-enfant-vert__0169226_PE322979_S4

Ce fût un jeu au début qui a passé. On lui proposait quand même avant le bain mais après sa période de « jeu » c’était niet. Moi qui m’était dit, vu son jeu, que je m’en occuperai l’été ben loupé il ne voulait plus. Bon pas grave il n’avait pas encore 2 ans. Mais je m’étais posé la question si du coup je ne l’avait pas assez écouté, si j’avais pas loupé le coche…bref tant pis. Il s’avère que beaucoup d’enfants peuvent s’y intéresser vers 2 ans par mimétisme. Certains s’y mettront et pour d’autres ça restera un jeu.

Et du coup, pendant 1 an, rien. Il n’était pas motivé, on ne le pressait pas, c’est pas grave hein.

Et puis, à l’approche de l’été, je me suis dit que je tenterai la culotte.
Pourquoi? Parce que je le sentais prêt mais un peu feignasse ^^
Y a plusieurs « écoles » pour « l’apprentissage de la propreté ». Certains vont mettre l’enfant sur le pot en « attendant que ça vienne », des fois ils repèrent le moment. Nos parents et avant faisaient comme ça. D’autres, te diront que c’est une acquisition, pas un apprentissage et qu’il faut attendre que l’enfant demande. Enfin, il y a ceux qui tentent l’apprentissage et l’accompagnement : la culotte et on propose.

Avec tout ça il faut surtout te faire ta propre idée et écouter ton enfant car TOI tu sais, tu ressens, tu le connais.

Pour moi, TiChou n’était absolument pas gêné de faire ses besoins dans sa couche (lavable ou jetable). Il me disait et repartait jouer. Pour moi il était tout à fait capable mais s’en foutait royalement (je te parle de mon ressentis).

J’ai donc annoncé à TiChou « bientôt les vacances mon chéri ! on essayera de ne plus mettre de couches hein ». Ravi d’être en vacances j’avais le sourire de TiChou.

J’ai la chance d’avoir les vacances scolaires et donc du temps pour que mon « projet » se fasse en continu (oui parce qu’à la crèche ils s’emmerdent pas avec faut dire ce qui est).
J’ai préféré tenter comme ça, plutôt que d’attendre si jamais il se décide, ou pas et d’avoir la pression à la rentrée. Je préférai qu’on fasse ça tranquillement tous les 2, sans pression.

Le premier jour il s’est fait dessus surtout et quelque fois pot. Deuxième jour un peu moins mais quand en sortie j’ai mis des culottes d’apprentissage lavables il a fait dedans. J’en ai donc pas remis, bilan : on s’en est pas servi ou très très peu.
Très concentré sur ses jeux ou autre il n’y pensait pas, sinon il demandait.
Troisième jour, j’ai plus aidé, plus proposé pour l’y faire penser 0 accident.
Les autres jours niquel, pas d’accident et de lui même il a demandé.

Du coup, j’ai acheté un réducteur de wc. Après avoir lu quelques avis, et visuels, mon choix s’est porté sur le Kiddyloo de Thermobaby. J’ai pu l’avoir en soldes sur cdiscount.

J’ai choisi le blanc, passe partout. On le reçoit démonté mais c’est pas compliqué. On l’installe, il se plie, très pratique.

Le plus conquis c’était TiChou. Au rdc, au revoir le pot, trop fier d’aller sur les wc et se servir seul en papier wc…

37045796_10216611591903559_6454917816721080320_n

Photo pas très nette mais tu devine TiChou ravi. Au début (et encore un peu maintenant mais il s’améliore) il fallait l’aider à baisser et remonter la culotte. Il y monte, s’installe et s’y plaît. Les poignets sont pratiques pour l’enfant. Le seul inconvénient c’est que quand on l’enlève pour nous, il faut penser à le remettre.

Le caca, il s’est un peu retenu au début mais avec un peu d’accompagnement et d’explications ça n’a pas duré. Ca s’est réglé avant que je reçoive les livres de circonstance commandés « Le grand voyage de monsieur caca » (qui parle de la formation du caca après manger et son expulsion) et « Le nouveau voyage de monsieur caca » (qui explique ce que devient le caca après la chasse d’eau). Il est très attentif à leur lecture et les aime bien. En même temps et même édition (400 coups) j’ai acheté « L’épopée de dame crotte de nez » mais pour d’autres raisons ^^

resizepicture

Pour les siestes et la nuit, au départ j’ai laissé la couche. puis, plusieurs fois d’affilé elles ont été sèches. Les 2 premières nuit où il a géré, il m’a demande vers 4-5h du matin (aïe ça pique) puis, il y est allé seul au réveil (ouf). J’appréhendais un peu quand on était pas chez nous « tu es sûr TiChou pas de couche? ou tu en veux une? » et du coup on en mettait une mais en fait tout allait bien. Juste 1 accident durant une sieste sinon RAS.

Je déclare donc TiChou officiellement continent (oué « propre » c’est bof, il n’était pas « sale » avant ^^) 🙂

Fini les couches !

Mouarf il est où mon bébé….

Publicités
0

Kit Eco Net des Tendances d’Emma, presque deux ans après

Aujourd’hui je vais te parler de mon retour sur achat du Kit Eco Net de chez Les Tendances d’Emma.

Comme tu le sais déjà, j’essaye de limiter nos déchets.

Avant, comme beaucoup de gens, on utilisait pas mal l’essuie-tout, et pire, M. Koala, avant de me connaître, était adepte des lingettes nettoyantes et de l’éponge (berk) :/

Un jour, sur un blog, j’ai découvert l’entreprise Les Tendances D’Emma et j’ai trouvé le concept très chouette. Les lingettes sont fabriquées en France par des détenus et un ESAT, belle initiative ! Tu trouvera leurs valeurs et la description des produits (composition, fabrication) ici.

Aussitôt reçu, aussitôt installé dans la cuisine, sous la chaudière, près de la machine à café.

Montauban-20150512-00453

Donc les lingettes, sont dans leur boîte, et quand on en a besoin d’une on se sert. J’ai choisi le kit en bambou couleur.

Alors, je ne dis pas qu’au début ça a été simple… Pour M. Koala surtout je veux dire. J’ai du planquer l’essuie-tout pour qu’il n’ait plus cette fâcheuse habitude à s’en servir. Mais à force, il s’y est fait, c’est devenu une habitude.

On s’en sert pour nettoyer le plan de travail de la cuisine, l’évier, la plaque de cuisson, la table… avec ou sans produits de nettoyage, et des fois elle ressort bien sale (comme quand on nettoie la plaque de cuisson par exemple). Ensuite, on les stocke dans une mini bassine, sur le sèche-linge en attendant le lavage. Elle passe en machine avec le reste du linge ou ici, souvent avec serviettes de toilette, tapis de bain, serviettes de table, torchons… jusqu’à 90°C et aucun problème. Je les passe même au sèche-linge (avant l’arrivée du sèche-linge elles étaient étendues). Et elles ressortent niquel ! Pas tâchées rien ! Nous en sommes totalement satisfait.


Bilan :

– On ne se sert très rarement de l’essuie tout (pour absorber la graisse en cuisine dans une assiette, pour des beignets ou autre) et on a plus le réflexe de l’utiliser au quotidien.

– Plus d’éponge à la maison

– Jamais de lingettes jetables nettoyantes

– Il y a un filet en coton vendu avec mais je ne m’en sers pas, j’aime pas stocker les lingettes mouillées dedans, peur que ça moisisse et de l’abîmer

– Par contre, je ne nettoie pas les WC avec, psychologiquement je peux pas ^^, j’utilise du PQ.


Tu penses bien que Baby Koala utilisera le Kit Eco Chou pour ses petites fesses 😉

Et toi, comment tu fais chez toi?

4

Les serviettes hygiéniques lavables et la cup (et un bref sur les lingettes démaquillantes et coussinets d’allaitement)

Tu te doute bien que si je veux que Baby Koala porte des couches lavables, c’est par conviction, mais aussi, que je moi aussi j’ai testé le lavable :p

Pas en ce moment, bien sûr, mais c’est quelque chose que j’ai adopté depuis 2012. Donc ça fait un moment.

Les serviettes hygiéniques lavables

J’ai d’abord testé les serviettes hygiéniques lavables (alias SHL pour les habituées) puisque, à la base, j’étais plutôt serviettes, utilisant les tampons uniquement lors de baignade ou sport.

J’ai commencé par les Fuzzi Bunz et j’ai bien aimé. C’est doux, confortable. Fixation sous la culotte avec une pression. On peut les plier et ça ressemble à une jetable. Elles sont composées d’une épaisseur de PUL (imperméable), d’une ou 2 épaisseurs de microfibre absorbante (2 épaisseurs pour la version nuit) et, sur le dessus, d’une face en micropolaire, pour l’effet au sec. Elles existent en 3 tailles : 17 cm pour le protège-slip, 21 cm pour flux régulier et 26 cm pour flux super ou la nuit. Elles sont vendus en lot de 3, avec une de chaque taille. J’ai un lot, rouge, un vert et un bleu. C’est mimi les marguerites 🙂 J’ai utilisé cette marque uniquement en journée, ayant un flux abondant. Pour la nuit je préfère plus long et plus couvrant.

fuzzibunz-menstrual-pads

Pour la nuit, je cherchais quelque chose d’un peu plus long, et j’ai alors acheté un lot de Pink Daisy (de Blueberry, même marque que les couches lavables). 2 versions sont proposés : coton bio ou stay dry. Voulant profiter d’un effet au sec, j’avais choisi la version stay dry. Fermeture avec une pression sous la culotte et également pliable pour le transport. Elles sont composées d’une épaisseur de PUL imperméable, de 2 épaisseurs de microfibre absorbante et une face effet au sec (pour la version stay dry donc). Elles sont vendues à l’unité et existent en 3 tailles : S 20 cm, M 26,5 cm et L 33 cm de long. Dans mon cas je voulais quelque chose de long pour le nuit. J’avais donc choisi 3 SHL de 33 cm (imprimé vache ^^). Alors concrètement, c’est long. Mais impec et tranquille toute la nuit, super confort, on se pose pas de question.

41pZDzAc4gL._SY355_

J’en ai eu aussi d’une « maman couseuse » qui a fermé depuis, que j’aimais bien, sûr mesure. Par contre finitions bof bof niveau couture, mais cela n’a pas gêné à l’usage. Pour cause de PUL défectueux (plus imperméable), j’ai dû les jeter 😦

Les miennes ! Ben oui, j’en ai fais moi même aussi ! Je me suis basée sur la forme des Pink Daisy, qui est top, et j’en ai fais de moins longue, pour un usage de journée, flux abondant. Patron maison donc. Elles font 28 cm de long et sont composées d’une épaisseur de PUL imperméable, de 2 épaisseurs de microfibre et d’une épaisseurs de velours de coton rouge tout doux. Je me suis fournie en tissus chez Arbrinic, où l’ont trouve des tissus exprès pour couches lavables. C’est pas pour m’envoyer des fleurs mais elles sont top, mimi, je les aime. Ca fait parti de mes premières cousettes (lingettes lavables pour le faire la main d’abord) donc faut être indulgent ^^

423512_3453192049859_318596012_n  424159_3453192529871_1288876160_n  428989_3453192289865_436433438_n  419289_3453191369842_1114850134_n

Pour après l’accouchement, j’ai complété mon stock par 6 SHL maxi de la marque Mamidea (Ecofit maxi menstrual pads) en coton bio, de couleur noire. Il me semble que c’était vendu en lot de 2 (ou 3, je sais plus). C’est entouré de coton bio, y a toujours une épaisseur de PUL imperméable, et là, en absorbant on a du bambou. Test plus tard donc.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Alors niveau usage, entretien, itou…. A l’usage ça se met comme une jetable. Mais niveau confort, ça n’a rien à voir. PLUS JAMAIS je ne reviendrai sur du jetable dans lequel au final on transpire… Pour l’épaisseur, en général c’est pareil qu’une jetable et pour les plus épaisses on a peut être 2 mm en plus, pas énorme pour du confort. Je précise que cela ne se voit pas quand on vous regarde les fesses ^^ Niveau entretien, après usage je rince. Alors oui, la première fois ça fait bizarre, mais on s’y fait, cela ne m’a pas écœuré. Avec le temps, je préfère les laisser sécher avant de stocker. Alors ça sèche dans la salle de bain, mais cela ne gêne en rien M. Koala ! Une fois sèchent je les stocke dans une poubelle à battant salle de bain trouvée chez le géant suédois. Je coince dans le couvercle une lingette lavable sur laquelle j’ai mis quelques gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé, ou lavande (que je préfère). Une fois la période des règles terminées, je lave tout avec le reste du linge et je les mets à sécher sur l’étendoir. Une fois sèchent, je les plie et les range dans une boîte. Et C’EST TOUT !

Lingettes démaquillantes lavables

Je fais un bref passage sur les lingettes démaquillantes, vu que je me maquille que dans de grandes occasions. Même utilisation que des cotons jetables démaquillants ! (et même taille) Une fois utilisés je les mets dans un filet de lavage (oué parce qu’à retrouver dans la machine c’est un peu pénible) en machine avec le reste du linge, puis au sèche-linge et enfin, je les range dans ma pochette à maquillage, super simple.

La coupelle menstruelle ou la cup

Avant, j’utilisais des tampons pour la baignade et pour le sport. Psychologiquement, je prenais que des minis, les autres me paraissant gros ^^. Sauf que pour le sport c’était la galère avec mon flux abondant !  Exemple lors de match de handball : mettre un tampon à la maison, le changer avant le match, le changer à la mi-temps (vite vite), après la douche, le changer ou passer sur une serviette. Bref la misère. Je suis passer à la cup grâce à une amie, déjà équipée, qui en avait gagné une à un concours de la marque Lunacopine. Elle m’en a fait profiter, super sympa. Pour être aider dans son choix (marque, taille) on trouve des tests sur le net comme celui-ci. Dans mon cas, même sans enfant, plus de 30 ans, flux abondant et sport, la taille 2 de la Lunacopine m’a été conseillé. C’est en silicone médical. Plus d’explication ici. J’ai reçu une cup de couleur rose avec son sachet en tissus violet, très girly ^^ (y a plusieurs coloris). Mais comment ça se met???? Explications ici (j’utilise la méthode 1). N’étant pas forcément sûre de moi, je la mets et l’enlève dans la baignoire. Elle est assez souple et ne gêne pas, on ne la sens pas, même pendant le sport ! (et au handball on saute itou). Pour une journée de travail peinard, je la mets le matin, et je l’ôte le soir dans la douche. Le pied ! Pas embêtée de la journée, pas de fuite (si gros flux je mets un protège-slip, au cas où). Je suis conquise donc, même si, évidemment, au moment de la vider, c’est pas très glam, mais c’est naturel hein 😉 Pour l’entretien, avant l’arrivée des règles, elle passe un tour en casserole, 5 min dans de l’eau en ébullition. Ensuite, après chaque utilisation elle est rincée et lavée avec du savon (type savon de Marseille). C’est c’est tout ! Ultra-simple, confort, durable et moderne !

3lunacopines  lunacopine-taille1et2

Les coussinets d’allaitement lavables

J’ai un lot de la marque Popolini et 3 lots de la marque B’bies à tester.

N900-washable nursing pads 6 pack

Avec tout ça, on réduit les déchets de manière importante 😉

C’est également économique ! Certes, on investit pour s’équiper (environ 100€ pour les SHL, cup offerte, environ 30€ pour des coussinets lavables achetés en déstockage ou vente privée, des disques démaquillants offerts lors d’une commande de couches lavables), mais après on est tranquille. Cela fait 3 ans que je n’achète plus de serviettes hygiéniques jetables, ni de tampons, je n’achète jamais de coton démaquillant et je n’achèterai pas de coussinets d’allaitement jetables. A vos calculs 😉