4

C’est décidé !

La dernière fois que j’ai posté, ce n’était pas pour une bonne nouvelle, c’était pour clore une grossesse, encore.
Depuis, heureusement, après contrôle gynéco, tout va bien, mon utérus est « propre ». J’avais peur d’une intervention que j’ai pu éviter, avec la FC qui s’est déclenchée naturellement et aussi parce qu’il ne restait rien. Un gros souci en moins.
J’aurai espéré une nouvelle grossesse avant mon retour de couche qui a débarqué mi septembre, et non. Nous voilà donc, toujours, en essais.

Mais ce n’est pas de ça dont je vais te parler aujourd’hui. Non. Mais plutôt reconversion professionnelle.

Plus jeune, j’ai fais des études scientifiques spécialisées dans l’agro-alimentaire (j’ai un M1 en biochimie). J’ai surtout bossé dans la qualité, et je me suis spécialisée là dedans. Ma foi ça me plaisait bien. Et puis, j’ai changé de région, j’ai changé aussi, j’ai eu plus de mal à trouver du boulot et puis j’ai eu TiChou. Là j’ai vraiment changé. Ce métier ne me correspondait plus. Quand TiChou a eu un an, j’ai voulu retravailler mais pas dans ça et garder du temps pour lui, me rendre utile aussi. Et me voilà AVS, et là AESH.
Plusieurs fois on m’a demandé ce que je faisais là, avec mes diplômes, pourquoi je n’allais pas plus loin. En lycée, je ne me voyais pas faire prof, pas envie d’être mobile. Et puis, quand je suis arrivée en primaire (que je n’avais pas demandé à la base comme quoi), là ça m’a travaillé : instit pourquoi pas ! Et puis j’avais loupé les inscriptions, j’étais tombé enceinte, je m’étais dis, la prochaine fois !
Cet été j’ai regardé comment je pourrais me préparer. A moindre coût j’ai pensé faire un M1 dans l’enseignement en formation continue, mais trop tard. Et puis encore une grossesse ça remet en question et en pause, puis non plus de grossesse. Au final je ne fais que repousser :/
Et puis, une copine qui faisait du handball avec moi prend contact avec M. Koala pour vendre sa maison (il est agent immobilier, je ne sais pas si je te l’ai déjà dit). J’apprends qu’elle s’est reconvertie, qu’elle a passé le concours, l’a eu et commence en tant que stagiaire. Du coup j’ai pu lui poser des questions.

Tout ça a relancé finalement un peu plus ma motivation. Bon elle, elle a pris une année sabbatique rien que pour bosser son concours, moi je peux pas et ça, ça me rassure pas :/
Par contre, elle me parle de son organisme de préparation (que j’avais déjà regardé mais cher) et de son aide « égalité des chances ». Du coup, me voilà sur leur site à monter un dossier et à regarder l’inscription au concours. Aide que j’ai obtenue 🙂
Me voilà inscrite en prépa chez objectif CRPE 🙂
Par où commencer? :/
Il me reste à me décider sur le domaine du dossier à l’oral, au choix : sciences et technologies, histoire, géographie, histoire des arts, arts visuels, éducation musicale, enseignement moral et civique, langues vivantes étrangères (à priori soit sciences soit histoire) et à l’ordre de mes vœux (académie de Toulouse, quoi mettre après le 82) et je valide (date limite le 10/10 à 17h).

Truc de dingue, j’ai super peur, je ne veux pas rater, mais voilà, y a du boulot, j’ai la pression.
Et peur aussi que si jamais une grossesse est lancée et va jusqu’au bout (oui hein on sait jamais) et que j’ai ce concours (oui tout d’un coup, de la chance, pourquoi pas) comment je vais faire????
Et si j’accouchais entre l’écrit et l’oral? mdrrr
Mais pfff sinon je repousse mais toujours pas de bébé au final, donc bon…je me débrouillerai…

Suis-je folle? :p

 

HvNoRpyc

3

Ma mission

Il y a quelques temps, sur ma page Facebook, je t’avais fait part de mon effroi lorsqu’en retournant au jardin du souvenir où avait été dispersé les cendres de mon ange il n’y avait plus rien de ce que j’avais mis. Le règlement avait été appliqué. J’ai pu récupérer « les affaires » mais j’étais triste qu’il n’y ait plus rien.

Et puis, sur un groupe Facebook de deuil périnatal de Toulouse, je suivais leur démarche. Là bas, il y a un espace pour les petits anges et les mamanges voudraient avoir des stèles comme à Merignac (Bordeaux métropole) avec des plaques.

42242893_10217385743779820_5529080600377425920_n

42266861_10217385742779795_1968607743409389568_n

Déjà qu’il y ait un espace pour les petits anges ça serait chouette, mais si en bonus y a des plaques encore plus. Mon ange ne serait pas dans cet espace, mais je pense à toutes les mamanges (et papanges) qui seront « rassurées » de savoir « où est leur ange ».

Me voilà donc en train de passer des coups de fils, pour savoir qui est responsable de quoi, à qui confier ce projet. Chose faite, j’ai contacté le crématorium de Montauban (pour avoir plus d’infos), celui de Mérignac (pour savoir comment ça se passait chez eux), des associations (pour avoir leur soutien : AGAPA, souvenange, chemin des étoiles), le service de l’état  civil (pour avoir des chiffres). J’ai même embarqué une mamange dans ce projet qui elle, de son côté, a contacté les différentes maternités, de l’hopital et des cliniques de Montauban pour avoir des chiffres également.

J’ai donc envoyé un mail avec mon courrier contenant le projet, des liens internet vers des articles sur des installations comparables et leur importance, des photos des stèles de Mérignac et les dimensions… et j’ai joint un croquis. Bon pardonnez-moi mon « art », je ne dessine pas bien mais ça donne une idée.

croquis

J’ai imaginé cet espace faisant face à un banc, pour se recueillir. Une stèle avec les plaques de chaque petits anges (pour les paranges qui le souhaitent), un arbre (représentant l’arbre de vie) en fer forgé ou un vrai arbre et devant, une dalle pour pouvoir déposer un petit objet.

Dans mon projet, j’ai aussi parlé d’une demande d’embellissement du carré des anges au cimetière.

Voilà le projet est parti, j’ai eu l’accusé de réception du cabinet de l’adjoint au maire qui a en charge le cimetière… J’ai demandé à être reçue.

Ce projet me tient beaucoup à cœur. Je voudrai que nos anges aient une place, soient reconnus. Qu’on nous laisse une place aussi.

En parallèle, avec la mamange que j’ai embarqué, nous avons créé une page Facebook, spécifique au deuil périnatal sur notre ville (et département bien sûr), afin de se retrouver, et pourquoi pas, de se rencontrer.

J’espère être entendue et reçue.

A suivre….